Podcasts sur l'histoire

Jacques III d'Écosse et Marguerite de Danemark

Jacques III d'Écosse et Marguerite de Danemark


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Jacques III, roi d'Écosse 1460 - 1488

La vie et le règne de Jacques III ont suivi un modèle similaire à celui de son père. Après la mort de Jacques II en 1460, le nouveau roi de neuf ans s'est retrouvé au centre de l'attention de factions rivales rivalisant pour contrôler l'Écosse.

Après avoir pris le contrôle personnel de l'Écosse en 1468, James s'est avéré être un roi impopulaire, déterminé à promouvoir des plans irréalistes au détriment de ses fonctions régulières de roi et de chef du royaume. De plus, sa préférence pour ses propres favoris à la cour aliéna de nombreux nobles puissants ainsi que des membres de sa propre famille – une faiblesse dans son caractère et son jugement qui finirait par lui coûter cher.

Le point culminant de son règne est venu comme un bonus inattendu de son mariage en 1469 avec Marguerite de Danemark. Une dot de 80 000 florins a été convenue dans le cadre des conditions du mariage avec une somme payable d'avance et le reste hypothéqué sur les îles Orcades et Shetland. De façon inattendue, les Danois n'ont pas pu réunir le montant total et l'Écosse, en tant que leur dû, a revendiqué la propriété des îles. Dans des circonstances assez inhabituelles, l'Écosse avait étendu ses territoires.

La dissidence et la rébellion ouverte finiront par ternir le règne de James. Le désir de James d'une alliance avec l'Angleterre était impopulaire. Ses projets de marier son fils à la fille du roi d'Angleterre, Edouard IV, ont fait planer le spectre d'une augmentation des impôts pour payer le mariage à une époque où l'économie écossaise souffrait.

À la fin des années 1470, l'impopularité de James entraîna un conflit. Des relations tendues avec ses frères Alexandre, duc d'Albany, et Jean, comte de Mar, menaçaient de mettre fin à son règne. D'abord John est mort dans des circonstances suspectes à Édimbourg, puis Alexander a été exilé après avoir été accusé de trahison.

Les relations avec l'Angleterre se détériorant, Alexander fit une réapparition soudaine en Écosse – dans le cadre d'une force d'invasion anglaise. Alexandre avait conclu un accord avec le roi d'Angleterre et il était de retour pour réclamer le trône qu'il croyait être le sien de droit.

En 1482, la force d'invasion captura Berwick-Upon-Tweed, ce qui en fit définitivement une partie de l'Angleterre. James a levé une armée mais a snobé les principaux nobles en plaçant ses favoris à des postes clés de commandement. Pour la noblesse mécontente d'Écosse, ce fut la goutte d'eau.

En rébellion ouverte, les favoris de James ont été assassinés et James lui-même fait prisonnier et détenu au château d'Édimbourg. James n'a été sauvé que lorsque les forces anglaises n'ont pas réussi à prendre le château et, à court d'argent et de patience, sont rentrés chez eux.

James n'a pas tiré les leçons des événements de 1482. Il a toujours tenté de courtiser une alliance avec l'Angleterre et a toujours promu ses favoris aux dépens de la grande noblesse. Les choses ont empiré lorsque le roi de plus en plus isolé s'est éloigné de sa femme et de son fils aîné, James.

En 1488, James fait face à une autre révolte. De nouveau, les nobles se sont soulevés contre lui - seulement cette fois ils avaient le fils du roi avec eux. Le jeune prince était irrité par le favoritisme de son père pour son frère cadet et craignait que son droit de succéder à son père comme roi ne lui soit refusé.

James a levé une armée et a rencontré la force rebelle à Sauchieburn, à l'extérieur de Stirling. À un moment donné de la bataille ou juste après, James a été tué. Les comptes diffèrent quant à la manière de sa mort. Une version fait tomber James de son cheval pour être terminé par les soldats ennemis, tandis qu'une autre fait que James survit à la bataille pour être assassiné tout en se mettant à l'abri.

James fils, figure de proue de l'armée rebelle, est devenu le prochain monarque Stewart.


Jacques III

Jacques III, roi d'Écosse, fils aîné de Jacques II et de Marie de Gueldre, fille d'Arnold, duc de Gueldre, et de Catherine de Clèves. est né vers 1451-2 et créé duc de Rothesay à la naissance. Il succède à son père en 1460 lorsque ce dernier est tué dans un accident impliquant une explosion de canon. À l'âge de neuf ans, James a été couronné à l'abbaye de Kelso, dans le Roxboroughshire. L'Écosse a de nouveau été confrontée à un long gouvernement minoritaire lorsqu'elle a eu besoin d'un roi fort pour contrôler ses nobles turbulents. La reine mère a été nommée régente et a été aidée dans le gouvernement par le vieil évêque Kennedy.

Jacques III

À la mort de l'évêque Kennedy, l'histoire familière des magnats avides de pouvoir rivalisant pour contrôler l'enfant monarque a repris. James a été fait prisonnier à Linlithgow et emmené de force au château d'Édimbourg par Sir Alexander Boyd, avec les Fleming, Hepburn, Lindsay et d'autres. Le jeune roi impuissant a été contraint de comparaître devant le Parlement et contraint de manière humiliante de déclarer qu'ils avaient agi avec son approbation. Boyd, un homme ambitieux et sans scrupules déterminé à s'agrandir, a ensuite été nommé tuteur du jeune roi et a élevé son fils, Thomas, au rang de comte d'Arran et l'a audacieusement marié à la sœur du roi, Mary.

Un mariage a été négocié pour James dans son adolescence, avec Marguerite de Danemark, une dot de soixante mille florins a été offerte par les Danois. Margaret était la fille de Christian Ier de Danemark par Dorothée de Brandebourg.

Alors que Boyd et Arran étaient tous deux engagés à l'étranger pour récupérer la princesse, leurs ennemis ont saisi leur chance de se faire bien voir du jeune et impressionnable roi et ont alimenté ses doutes et ses craintes à propos de son gouverneur. À son retour, Boyd s'est retrouvé totalement en disgrâce et son influence et sa position ont été usurpées. James et Margaret se sont mariés à l'abbaye de Holyrood en juillet 1469. L'union de sa sœur Mary avec le fils de Boyd, Arran, a été déclarée nulle.

RÈGLE PERSONNELLE

À la suite de son mariage, le roi, comme son père avant lui, commence maintenant à s'affirmer dans le gouvernement. James possédait une partie de l'instabilité de son père, mais aucune de la détermination et de la force de caractère que son père et son grand-père, James Ier, avaient montrées dans leur pleine mesure.

Marguerite de Danemark

D'un caractère facilement influencé par les autres, James était convaincu par ceux qui espéraient tirer profit de leur chute que ses frères Alexandre, duc d'Albany et Jean, comte de Mar, complotaient contre lui et les frappèrent rapidement tous les deux, les emprisonnant. au château d'Édimbourg. Mar est mort d'une fièvre mais Albany a réussi une évasion audacieuse. Plus fort que son frère, Albany a été davantage fait dans le moule de leur père.

James était artistique et sensible, deux qualités admirables, mais comme cela avait été démontré avant et après lui, ce n'étaient pas les qualités qui faisaient un roi médiéval réussi et surtout dans un pays aussi indiscipliné que l'Écosse. Le peuple écossais est de plus en plus agacé par le manque de compétence de leur roi en tant que souverain, ils ont gravement souffert de mauvaises récoltes, de la famine, de la peste, de l'inflation galopante et d'une monnaie dégradée dont le gouvernement de James semblait inconscient, provoquant un ressentiment contre l'insuffisance du roi. comme règle pour cirer toujours plus fort.

LA RÉBELLION D'ALBANY

Le frère de James, Alexander Stewart, duc d'Albany, alarmé par les soupçons instables du roi à son égard et souffrant de ce qui a été décrit comme un complexe du deuxième fils, envahit le pays, avec une armée fournie par le roi Yorkiste Édouard IV. Son armée était dirigée par le frère hautement capable et impitoyablement efficace d'Edward, Richard, duc de Gloucester. James a découvert trop tard que ses barons n'avaient aucune loyauté envers lui et n'étaient pas prêts à le soutenir.

James refusant obstinément de renoncer à ses favoris impopulaires, les tumultueux seigneurs écossais ont réagi en prenant et en suspendant six d'entre eux, dont le très méprisé Robert Cochrane. James a été arrêté à Lauder Bridge et emmené prisonnier à Édimbourg, ce qui a conduit à la situation ironique de son frère Albany et de son allié Gloucester à la poursuite du roi captif.

À leur arrivée au château d'Édimbourg, Albany parvint à un accord difficile avec les barons rebelles qu'il devait être annoncé, régent. La méfiance constante d'Albany à l'égard des barons a été égalée par leur méfiance à son égard, réalisant sa position précaire, il a soudainement tourné son manteau et a relâché son frère, le rétablissant sur le trône avec des protestations très controversées d'"amour fraternel et de gentillesse" qui se sont évaporées peu de temps après avec inconvenance. James reprit le pouvoir et Albany s'enfuit dans ses domaines de Dunbar, à la mort de son fervent partisan, Edouard IV le 9 avril 1483, se trouvant dans une position vulnérable, il se réfugia en Angleterre.

Albany retourna en Écosse l'année suivante, ayant obtenu le soutien du comte de Douglas en exil et entra à Lochmaben. Les citoyens de la ville sont restés fidèles à la couronne et ont évincé les rebelles. Albany s'enfuit en France, où il meurt l'année suivante. Douglas a été capturé mais James, dans un geste de miséricorde caractéristique, lui a laissé la vie.

Tombeau de Jacques III et de sa reine, Marie de Gueldres à l'abbaye de Cambuskenneth

LES DERNIÈRES ANNÉES

N'ayant rien appris des erreurs du passé, le roi retourna inconsidérément à ses vieux favoris et à sa musique très préférée, l'équitation et la chasse à la poursuite banale de gouverner son pays. Un différend mineur concernant les revenus avec la famille Homes a dégénéré en révolte ouverte. Le roi avait également réussi à s'aliéner et à s'éloigner de sa femme, Marguerite de Danemark et en raison de la préférence non dissimulée de Jacques III pour son fils cadet, son fils aîné, Jacques, nourrissait également des ressentiments contre lui.

Le roi a rencontré les rebelles à Blackness, sur le Firth of Forth et a entamé des pourparlers de paix avec les nobles. Après qu'un accord fut conclu, James se retira avec confiance à Édimbourg, démobilisant son armée. Les rebelles, cependant, se soulevèrent à nouveau et le roi et son armée partirent à leur rencontre le 11 juin 1488, à Sauchieburn, portant fièrement devant lui l'épée de son grand ancêtre, Robert le Bruce. Malgré la présence de l'épée de Bruce, la bataille s'est malheureusement déroulée pour les rebelles et le roi a été soit tué au combat, soit contraint de fuir.

La légende raconte que James a cherché refuge dans la maison d'une épouse de villageois, à qui il a demandé de lui amener un prêtre. Elle revint avec un et James demanda l'absolution sur quoi « le prêtre » tira traîtreusement un couteau caché de sa soutane et tua le roi. Il est peu probable que le jeune James ait été complice de cette supercherie et l'authenticité de ce récit de sa mort a été remise en cause.

Le corps de Jacques III fut transporté à l'abbaye de Cambuskenneth, où il fut inhumé devant le maître-autel de l'église abbatiale, aux côtés de celui de sa reine Marguerite de Danemark. Son fils, Jacques IV regrettera profondément son rôle dans la rébellion qui s'est terminée par la mort de son père et a toujours porté une chaîne d'expiation autour de sa taille en pénitence.


Jacques III d'Écosse et Marguerite de Danemark - Histoire


GÉNÉALOGIE DE L'ACIER AU ROI ALFRED LE GRAND

1. Le roi Alfred le Grand 2. Le roi Édouard I 3. Le roi Edmund I 4. Le roi Edgar 5. Le roi Ethelred II 6. Le roi Edmund II 7. Edward m. Agatha 8. Marguerite d'Angleterre m. K. Malcolm III. Canmore (1058-1093) d'Écosse 9. Le roi David I. (1124-1153, mort en 1153), Mathilde de Huntingdon 10. Le prince Henry (mort en 1152), Ada de Surrey 11. Comte David de Huntingdon ( décédé en 1219 après JC), Mathilde de Chester 12. Isobel m. Robert Bruce III 13. Robert Bruce IV. m. Isobel de Gloucester 14. Robert Bruce V. m. Martha de Carrick 15. Le roi Robert I. (The Bruce) (A. D. 1306-1329), Isobel, fille du comte de Mar 16. Marjorie Bruce m. Walter Stewart III 17. Le roi Robert II. (b. 1317, 1371-1390, d. A. D. 1390), Euphémie de Ross (d. A. D. 1376) 18. Le roi Robert III. (b. 1337, 1390-1406, d. A. D. 1406), Arabella Drummond (d. A. D. 1401) 19. Le roi Jacques Ier d'Écosse (A. D. 1406-1437), m. Joan Beaufort 20. Le roi Jacques II d'Écosse m. Marie de Gueldre 21. Le roi Jacques III d'Écosse m. Margaret Princesse de Danemark 22. Le roi Jacques IV d'Écosse / Agnes Stewart 23. Malcolm Fleming m. Janet (Joan) Stewart 24. John Stewart m. Margaret Fleming 25. Sir Duncan Campbell m. Lady Jane Stewart (5e cousine de Marie, reine d'Écosse) 26. Sir Robert Campbell (6e cousin de Jacques VI d'Écosse qui était également le roi Jacques Ier d'Angleterre) m. Isobel Mackintosh 27. William Campbell (de Glenfalloch) (tué à Stirling) m. Jean Campbell 28. Margaret Campbell a épousé Donald Macgregor 29. Margaret Macgregor (soeur de Rob Roy) a épousé John Leckie 30. Janet Leckie (10e cousine du roi George II) m. James Maxwell 31. Ann Maxwell (1735-1804) m. James Black 32. John Black m. Margaret MacNair 33. Margaret Barton Black n. 1797 m. William Pollock 34. Margaret Pollock (14e cousine de la reine Victoria) m. Andrew Macgeorge 35. Margaret Macgeorge m. Rév. John Alison 36. Mai Alison m. Ernest Wolff 37. Alison Wolff m. Edward Wilson 38. Anthea Wilson (18e cousine de la reine Elizabeth II) m. Christopher Steel 39. Richard Steel (19e cousin du prince Charles) m. Sasha Jazzmyne Jade 1998 40. Serena Wynter Steel n. 2000 et Sorcha Lelani Steel b. 2001 (20e cousins ​​du prince William)

GÉNÉALOGIE DE LA FAMILLE STEEL À WALTER, SHÉRIF DE GLOUCESTER

1. Walter de Gloucester Fitzroger (né vers 1065 d. Prieuré de Llanthony, Gloucester 1127) m. Berthe Fitzroger 2. Miles de Gloucester (1092-1143) m. Sybil De Neufmarche 3. Bertha De Gloucester m. William De Braose 4. Sybil De Braose m. Walkelin (William) De Ferrers 5. Agatha De Ferrers m. Le roi Jean d'Angleterre 6. Jeanne, princesse d'Angleterre m. Llewelyn Ap Iorwerth 7. Elen Verch Llewelyn m. Donald , comte de Mar 8. Isabel (Matilda) de Mar m. Le roi Robert I Le Bruce d'Écosse 9. Marjorie, princesse d'Écosse m. Walter, grand intendant d'Écosse m. 10. Robert II, roi d'Écosse m. Elizabeth More 11. Alexander Stewart, comte de Buchan 12. Margaret Stewart m. Robert Sutherland 13. Alexandre Sutherland m. Marione Ile 14. Marjory Sutherland m. William Sinclair 15. Eleanor Sinclair m. John Stewart 16.Marjory Stewart m. Sir Colin Campbell (père) 17. Sir Colin Campbell (fils) m. Katherine Ruthven 18. Sir Duncan Campbell m. Lady Jane Stewart (5e cousine de Marie, reine d'Écosse) 19. Sir Robert Campbell (6e cousin de Jacques VI d'Écosse qui était également le roi Jacques Ier d'Angleterre) m. Isobel Mackintosh 20. William Campbell (de Glenfalloch) (tué à Stirling) m.Jean Campbell 21. Margaret Campbell a épousé Donald Macgregor 22. Margaret Macgregor (soeur de Rob Roy) a épousé John Leckie 23. Janet Leckie (10e cousine du roi George II ) m. James Maxwell 24. Ann Maxwell (1735-1804) m. James Black 25. John Black m. Margaret MacNair 26. Margaret Barton Black n. 1797 m. William Pollock 27. Margaret Pollock (14e cousine de la reine Victoria) m. Andrew Macgeorge 28. Margaret Macgeorge m. Rév. John Alison 29. Mai Alison m. Ernest Wolff 30. Alison Wolff m. Edward Wilson 31. Anthea Wilson (18e cousine de la reine Elizabeth II) m. Christopher Steel 32. Richard Steel m. Sasha Jazzymyne Jade et Katherine Steel (19e cousins ​​du prince Charles) (Sasha et Richard sont 26e cousins) 33. Serena Steel et Sorcha Steel (20e cousins ​​du prince William)

GÉNÉALOGIE DE LA FAMILLE D'ACIER AU ROI WILLIAM LE CONQUÉRANT

1. Le roi Guillaume le Conquérant (1027-1087) m. Reine Maude de Flandre 2. Le roi Henri I m. La princesse Maud d'Écosse 3. La reine Mathilde m. Comte Geoffroy V d'Anjou 4. Le roi Henri II m. Aliénor d'Aquitaine 5. Le roi Jean r. 1199-1216 m. Isabella de Taillefer 6. Le roi Henri III couronné roi d'Angleterre à la cathédrale de Gloucester 1216 , m. Aliénor de Provence 7. Le roi Edouard Ier "Longshanks" m. Aliénor de Castille 8. Le roi Édouard II m. Isabelle, princesse de France 9. Le roi Édouard III d'Angleterre m. Philippa de Hainaut et de Hollande 10. Jean de Gand, prince d'Angleterre m. Katherine Swynford d. 1403 11. John "Fairborn" Beaufort m. Margaret De Holand 12. Joan Beaufort m. Le roi Jacques Ier d'Écosse (1406-1437 après J.-C.) 13. Le roi Jacques II d'Écosse m. Marie de Gueldres 14. Le roi Jacques III d'Écosse m. Margaret Princesse de Danemark 15. Le roi Jacques IV d'Écosse / Agnes Stewart 16. Malcolm Fleming m. Janet (Joan) Stewart 17. John Stewart m. Margaret Fleming 18. Sir Duncan Campbell m. Lady Jane Stewart (5e cousine de Marie, reine d'Écosse) 19. Sir Robert Campbell (6e cousin de Jacques VI d'Écosse qui était également le roi Jacques Ier d'Angleterre) m. Isobel Mackintosh 20. William Campbell (de Glenfalloch) (tué à Stirling) m.Jean Campbell 21. Margaret Campbell a épousé Donald Macgregor 22. Margaret Macgregor (soeur de Rob Roy) a épousé John Leckie 23. Janet Leckie (10e cousine du roi George II ) m. James Maxwell 24. Ann Maxwell (1735-1804) m. James Black 25. John Black m. Margaret MacNair 26. Margaret Barton Black n. 1797 m. William Pollock 27. Margaret Pollock (14e cousine de la reine Victoria) m. Andrew Macgeorge 28. Margaret Macgeorge m. Rév. John Alison 29. Mai Alison m. Ernest Wolff 30. Alison Wolff m. Edward Wilson 31. Anthea Wilson (18e cousine de la reine Elizabeth II) m. Christopher Steel 32. Katherine et Richard Steel (19e cousins ​​du prince Charles) m. Sasha Jazzmyne Jade 1998 33. Serena Wynter Steel n. 2000 et Sorcha Lelani Steel b. 2001 (20e cousins ​​du prince William)

GÉNÉALOGIE DE L'ACIER AU ROI EDOUARD III

1. Le roi Édouard III d'Angleterre (1312-1377) m. Philippa de Hainaut et de Hollande 2. Jean de Gand, prince d'Angleterre m. Katherine Swynford d. 1403 3. Jean "Fairborn" Beaufort m. Margaret De Holand 4. Joan Beaufort m. Le roi Jacques Ier d'Écosse (A. D. 1406-1437) 5. Le roi Jacques II d'Écosse m. Marie de Gueldres 6. Le roi Jacques III d'Écosse m. Margaret Princesse de Danemark 7. Le roi Jacques IV d'Écosse / Agnes Stewart 8. Malcolm Fleming m. Janet (Joan) Stewart 9. John Stewart m. Margaret Fleming 10. Sir Duncan Campbell m. Lady Jane Stewart (5e cousine de Marie, reine d'Écosse) 11. Sir Robert Campbell (6e cousin de Jacques VI d'Écosse qui était aussi le roi Jacques Ier d'Angleterre) m. Isobel Mackintosh 12. William Campbell (de Glenfalloch) (tué à Stirling) m.Jean Campbell 13. Margaret Campbell a épousé Donald Macgregor 14. Margaret Macgregor (soeur de Rob Roy) a épousé John Leckie 15. Janet Leckie (10e cousine du roi George II ) m. James Maxwell 16. Ann Maxwell (1735-1804) m. James Black 17. John Black m. Margaret MacNair 18. Margaret Barton Black n. 1797 m. William Pollock 19. Margaret Pollock (14e cousine de la reine Victoria) m. Andrew Macgeorge 20. Margaret Macgeorge m. Rév. John Alison 21. Mai Alison m. Ernest Wolff 22. Alison Wolff m. Edward Wilson 23. Anthea Wilson (18e cousine de la reine Elizabeth II) m. Christopher Steel 24. Richard et Katherine Steel (19e cousins ​​du prince Charles) m. Sasha Jazzmyne Jade 1998 25. Serena Wynter Steel n. 2000 et Sorcha Lelani Steel b. 2001 (20e cousins ​​du prince William)

GÉNÉALOGIE DE LA FAMILLE D'ACIER AU ROI JAMES I D'ÉCOSSE

1. Le roi Jacques Ier d'Écosse (1406-1437 après J.-C.), (16g petit-fils du roi Alfred le Grand) m. Joan Beaufort 2. Le roi Jacques II d'Écosse m. Marie de Gueldre 3. Le roi Jacques III d'Écosse m. Margaret Princesse de Danemark 4. Le roi Jacques IV d'Écosse / Agnes Stewart 5. Malcolm Fleming m. Janet (Joan) Stewart 6. John Stewart m. Margaret Fleming 7. Sir Duncan Campbell m.Lady Jane Stewart (5e cousine de Marie, reine d'Écosse) 8. Sir Robert Campbell (6e cousin de Jacques VI d'Écosse qui était aussi le roi Jacques Ier d'Angleterre) m. Isobel Mackintosh 9. William Campbell (de Glenfalloch) (tué à Stirling) m. Jean Campbell 10. Margaret Campbell a épousé Donald Macgregor 11. Margaret Macgregor (soeur de Rob Roy) a épousé John Leckie 12. Janet Leckie (10e cousine du roi George II) m. James Maxwell 13. Ann Maxwell (1735-1804) m. James Black 14. John Black m. Margaret MacNair 15. Margaret Barton Black n. 1797 m. William Pollock 16. Margaret Pollock (14e cousin de la reine Victoria) m. Andrew Macgeorge 17. Margaret Macgeorge m. Rév. John Alison 18. Mai Alison m. Ernest Wolff 19. Alison Wolff m. Edward Wilson 20. Anthea Wilson (18e cousine de la reine Elizabeth II) m. Christopher Steel 21. Richard Steel m. Sasha Jazzymyne Jade et Katherine Steel (19e cousins ​​du prince Charles) (Sasha et Richard sont 26e cousins) 22. Serena Steel et Sorcha Steel (20e cousins ​​du prince William)

GÉNÉALOGIE DE L'ACIER AU ROI HENRI III D'ANGLETERRE

1. Le roi Henri III couronné roi d'Angleterre à la cathédrale de Gloucester 1216 , m. Aliénor de Provence 2. Le roi Edouard Ier "Longshanks" m. Aliénor de Castille 3. Le roi Édouard II m. Isabelle, princesse de France 4. Le roi Édouard III d'Angleterre m. Philippa de Hainaut et de Hollande 5. Jean de Gand, prince d'Angleterre m. Katherine Swynford d. 1403 6. Jean "Fairborn" Beaufort m. Margaret De Holand 7. Joan Beaufort m. Le roi Jacques Ier d'Écosse (A. D. 1406-1437) 8. Le roi Jacques II d'Écosse m. Marie de Gueldre 9. Le roi Jacques III d'Écosse m. Margaret Princesse de Danemark 10. Le roi Jacques IV d'Écosse / Agnes Stewart 11. Malcolm Fleming m. Janet (Joan) Stewart 12. John Stewart m. Margaret Fleming 13. Sir Duncan Campbell m. Lady Jane Stewart (5e cousine de Marie, reine d'Écosse) 14. Sir Robert Campbell (6e cousin de Jacques VI d'Écosse qui était également le roi Jacques Ier d'Angleterre) m. Isobel Mackintosh 15. William Campbell (de Glenfalloch) (tué à Stirling) m.Jean Campbell 16. Margaret Campbell a épousé Donald Macgregor 17. Margaret Macgregor (soeur de Rob Roy) a épousé John Leckie 18. Janet Leckie (10e cousine du roi George II ) m. James Maxwell 19. Ann Maxwell (1735-1804) m. James Black 20. John Black m. Margaret MacNair 21. Margaret Barton Black n. 1797 m. William Pollock 22. Margaret Pollock (14e cousine de la reine Victoria) m. Andrew Macgeorge 23. Margaret Macgeorge m. Rév. John Alison 24. Mai Alison m. Ernest Wolff 25. Alison Wolff m. Edward Wilson 26. Anthéa Wilson m. Christopher Steel 27. Richard Steel n. 1967 m. Sasha Jazzmyne Jade 1998 Katherine Steel n. 1969 épouse Piers Dent 28. Serena Wynter Steel n. 2000 et Sorcha Lelani Steel b. 2001 Gabriel Elijah Malachi Steel n. 2006

S'il vous plaît écrivez-moi, Richard Steel, si vous avez des commentaires ou des questions :

After The Flood de Bill Cooper (New Wine Press)

Histoire oubliée du peuple occidental par Mike Gascoigne (livres Anno Mundi)

Lecture en cours : "My Creator" avec le soutien de Richard Steel c. Édition JS


J'ai récemment écrit un article sur Henri VII et Elizabeth d'York où j'ai suggéré que nous pourrions voir leur amour l'un pour l'autre se refléter dans les actions de leurs enfants. Arthur Tudor était tendre même en considérant les domaines de la romance courtoise avec Catherine d'Aragon. Henry VIII est tombé amoureux de nombreuses femmes et en a épousé un certain nombre, malgré les conséquences durables et de grande envergure. Les deux filles d'Henri VII, Margaret et Mary se sont mariées pour renforcer l'Angleterre politiquement, mais à la mort de leurs maris, elles ont toutes deux défié les conventions, et leur frère, de se remarier par amour.

Margaret est allée plus loin, car elle n'a pas simplement défié les normes sociales en se mariant en secret par amour, mais elle a fait l'impensable et a divorcé de son deuxième mari pour se remarier avec son amant reconnu. Son frère, Henry VIII, l'a décrite comme "une honte et une honte pour toute sa famille", et son comportement a été considéré comme un scandale. Mais malgré tout cela, très peu lui sont venus en aide lorsqu'elle a été maltraitée par ses deuxième et troisième maris et elle est restée une politicienne capable et capable qui a saisi les nuances du paysage politique écossais même lorsque son frère et ses conseillers ne l'ont pas fait.

Reine d'Ecosse

Margaret avec son premier mari, Jacques IV.

Lorsque Margaret Tudor, âgée de neuf ans, fut fiancée au roi Jacques IV d'Écosse, âgé de vingt-cinq ans, tous les Tudor ne se réjouirent pas. La mère et la grand-mère de Margaret se sont opposées au mariage, craignant pour la fille qui était considérée comme petite pour l'âge, alors que son futur mari avait déjà cinq bâtards reconnus. Pour les Tudor, la blessure potentielle d'une jeune fille enceinte prématurément était bien connue, car les dommages causés à la mère d'Henri VII, Margaret Beaufort, accouchant à seulement treize ans, lui avaient permis de rester un enfant unique. Dans cet esprit, Elizabeth d'York et Margaret Beaufort sont allées voir le roi et l'ont convaincu de retarder le mariage jusqu'à ce que Margaret soit d'un âge plus approprié.

Margaret s'est mariée par procuration en 1503 à l'âge de treize ans avec James, représenté par le comte de Bothwell. Elle était maintenant considérée comme la reine d'Écosse et plus tard dans l'année, elle a entrepris un grand progrès vers le nord pour rencontrer son mari. Mais malgré tous les soucis de sa mère et de sa grand-mère, James s'est avéré être un mari attentif et attentionné dès le début et leur mariage serait un succès, même s'il ne durerait que dix ans.

James a rencontré Margaret peu de temps après qu'elle ait traversé la frontière, bien que cela ne soit pas censé être leur première réunion formelle. Au lieu de cela, et conformément à la tradition, James venait de passé chasser à proximité avec des nobles de sa cour quand il a soudainement décidé de surprendre son épouse en se présentant à l'improviste.
Tous, bien sûr, étaient habillés pour l'occasion.
Immédiatement, ils découvrirent un amour mutuel pour la musique (James avait apporté des instruments avec lui au lieu d'armes de chasse) et passèrent une joyeuse soirée à écouter des ménestrels et à danser. James est retourné à Édimbourg, mais lorsqu'il a entendu qu'un incendie d'écurie s'était déclaré dans la nuit, tuant les chevaux préférés de Margaret, il est immédiatement revenu à ses côtés pour la réconforter. Il a ensuite passé la journée avec elle, et la suivante, et la suivante, pendant laquelle ils semblaient apprécier la compagnie de l'autre et il lui a offert un certain nombre de cadeaux, dont des chevaux pour remplacer ceux perdus dans l'incendie.

Lorsque Margaret l'a rejoint à Édimbourg, James est allé à sa rencontre et parmi les démonstrations traditionnelles et les concours de bienvenue, il a invité Margaret à partager sa selle et les deux sont allés ensemble dans la ville.

Le 8 août, Margaret et James se sont mariés à l'abbaye de Holyrood et le couple s'est habillé de la même manière, leurs deux tenues étant ornées de la même nuance de pourpre. Entre le mariage et le festin, Margaret a été ointe et couronnée reine d'Écosse, pendant laquelle James est resté à ses côtés et la tenait affectueusement. Puis a suivi une grande célébration de festins et de danses avant que les deux ne soient mis au lit.

Conformément aux coutumes des rois d'Écosse, le matin après leur mariage, James a offert un cadeau de mariage à Margaret, dans ce cas les terres de Kilmarnock et les deux ont commencé leur vie conjugale par une visite de ses terres de douaire. James a continué à offrir des cadeaux à sa femme et au cours de leur tournée, il l'a emmenée dans des palais qui avaient été rénovés pour son arrivée. Bien que les deux semblaient bien s'entendre, l'harmonie a été perturbée lorsqu'ils sont arrivés au château de Stirling de Stirling qui, à son insu, abritait les enfants du roi. Ils n'y restèrent pas longtemps.

À leur retour à Édimbourg, ils se sont installés dans une vie conjugale apparemment affable, même si elle a sans aucun doute été perturbée par les visites de James au château de Darnaway où il a rendu visite à son fils, James Stewart et à la femme qui l'a enfanté, l'ancienne maîtresse de James, Janet Kennedy qui il y avait logé. Bien que James ait continué à rendre visite à Janet, il n'a pas négligé sa femme qui appréciait son attention et ses cadeaux fréquents. Cependant, Margaret n'a pas conçu pendant les premières années de leur mariage, bien que nous ne sachions pas si c'était parce que Margaret a eu du mal à tomber enceinte ou parce que James a attendu jusqu'à ce que Margaret soit plus âgée.

Leur premier enfant, James Stewart, est né en février 1507 et James était évidemment ravi d'avoir un fils et héritier légitime. James Stewart a été créé prince d'Écosse, duc de Rothesay et il y a eu beaucoup de célébrations. Les festivités ont été écourtées lorsqu'il est devenu évident que Margaret était gravement malade et pour l'aider à se rétablir, James a fait un pèlerinage à pied de 120 miles jusqu'à St Ninian’s. Son dévouement a été récompensé et Margaret a récupéré, prétendument au moment même où il est arrivé là-bas et a prié.

Les deux ont eu six enfants ensemble, mais un seul d'entre eux survivra à la petite enfance. Leur fils aîné James est décédé à l'âge d'un an, tandis que Margaret était enceinte de leur deuxième enfant. Cette enfant, une fille, est morte de la même manière qu'elle est née. Un troisième enfant, Arthur, suivit en 1509 mais mourut avant d'avoir atteint l'âge d'un an. En avril 1512, un autre James est né, qui survivra et deviendra James V, mais il semblerait que son père soit préoccupé par les pertes précoces de ses enfants, ce qui peut expliquer comment Margaret a accouché d'un autre enfant huit mois plus tard. Mais la fille, probablement prématurée, mourut comme sa sœur, le même jour. Leur dernier enfant ensemble, Alexander, duc de Ross, ne sera jamais vu par James, décédé avant sa naissance à la bataille de Flodden.

Lady Angus*, reine douairière d'Écosse

Margaret avec son deuxième mari, Archibald Douglas.

Le 9 septembre 1513, les forces écossaises rencontrèrent celles d'Angleterre lors de la bataille de Flodden Field. Le frère de Margaret, Henri VIII, était maintenant roi d'Angleterre et la tension entre les deux royaumes couvait depuis un certain temps. Même si Henry était à l'étranger pour une campagne militaire en France lorsque James a dirigé l'armée écossaise au-delà de la frontière, les troupes qui maintenaient la frontière étaient restées sur place et se préparaient à une telle invasion depuis qu'il les avait informées à l'avance de son intention.

Margaret, enceinte d'Alexandre, est de plus en plus convaincue que James serait perdu s'il faisait la guerre à l'Angleterre, mais il n'a pas été découragé et a mis ses plans à exécution. Malgré leur plus grand nombre, l'Écosse a été vaincue et à quelques exceptions près, chaque maison noble avait perdu quelqu'un. La noblesse écossaise a été dévastée après avoir perdu non seulement son roi, mais plus de deux douzaines de comtes, de nobles et de chevaliers ainsi qu'un certain nombre d'éminents ecclésiastiques.

Lorsque Margaret apprit la nouvelle de la défaite, elle était déjà tellement convaincue par ses prémonitions que James était mort qu'elle n'envoya pas d'équipes de recherche. Elle devint la régente de son fils Jacques qui avait alors dix-sept mois, bien qu'elle ne puisse agir sans le soutien de six seigneurs du conseil (trois spirituels et trois temporels). Le testament de Jacques IV spécifiait qu'elle resterait régente jusqu'à ce qu'elle se marie ou que leur fils soit majeur, mais en tant que femme et sœur du roi ennemi, elle n'était pas trop bien accueillie, et une faction se forma bientôt exigeant que John Stewart, 2e Le duc d'Albany en tant que troisième en ligne du trône et le plus proche parent masculin du jeune Jacques V revient de France pour prendre la relève en tant que régent.

Dans les mois qui ont suivi, Margaret a travaillé à unifier le Conseil, à faire la paix avec l'Angleterre et à ramener un peu d'ordre en Écosse qui avait maintenant si peu de personnes pour faire appliquer la loi. Elle a également donné naissance à Alexandre, duc de Ross qui hériterait du trône s'il arrivait quelque chose au jeune James.

Moins d'un an après Flodden cependant, Margaret a surpris tout le monde en se mariant en secret. Son mari était Archibald Douglas, 6e comte d'Angus, ce qui provoqua une division massive au sein du conseil écossais. Le mariage a réussi à aliéner la noblesse écossaise non seulement parce qu'elle s'était alliée à un clan particulier, mais parce qu'Angus lui-même était si impopulaire. Peu de temps avant son mariage avec Margaret, il avait été fiancé à Lady Jane of Traquair, dont il était censé être très amoureux avant que l'ambition ne l'oblige à courtiser la reine douairière. En épousant Margaret avait sans doute renoncé à son poste de régente et Albany a donc été rappelé de France. Le deuxième mariage de Margaret serait dominé par le retour d'Albany et la politique qui en résulterait.

Margaret reçut l'ordre de renoncer au contrôle de ses fils, mais pour le moment elle resta régente même si la division avait amené l'Écosse au bord de la guerre civile. Avec tant d'ennemis autour de l'endroit, Margaret s'est fortement appuyée sur le clan Angus, ce qui a aggravé l'aliénation des seigneurs écossais au point qu'elle envisageait de fuir en Angleterre pour sa sécurité.

Albany arriva pour prendre la régence en mai 1515, mais à ce moment-là, Margaret, contre l'avis d'Angus, avait emmené ses fils au château de Stirling, où elle ne les rendit que lorsque Albany lança un siège. À l'époque, Margaret était à nouveau enceinte et se retira au château de Linithlow où elle devait être confinée. Angus l'a rejointe là-bas, mais au lieu de s'installer pour avoir le bébé, les deux ont réussi à s'échapper de l'autre côté de la frontière et en Angleterre. Quand ils sont arrivés à Harbottle Castle, Margaret a pu raconter son traitement aux mains d'Albany qui avait inclus un emprisonnement pratique, ses mouvements (quand elle avait été autorisée) avaient été surveillés, ses lettres interceptées et bien sûr, ses fils lui avaient été enlevés. . Comme Albany avait également saisi ses biens, Margaret est arrivée en Angleterre avec à peine plus que les vêtements qu'elle portait et son frère et sa femme se sont donc arrangés pour qu'elle ait tout ce dont elle pourrait avoir besoin pour se préparer à s'allonger.

Les événements récents et la fuite précipitée vers l'Angleterre alors qu'elle était enceinte de huit mois ont fait des ravages sur Margaret qui s'est maintenant effondrée mais a ensuite accouché d'une petite fille en bonne santé, Lady Margaret Douglas. Comme pour ses autres grossesses, Margaret a de nouveau mis beaucoup de temps à récupérer et il a fallu quelques mois avant qu'elle puisse être transférée dans un logement plus approprié.

Le Nouvel An de 1516 arriva mais Margaret continua à souffrir de sa santé. Puis vint la nouvelle d'Écosse que son fils Alexander, duc de Ross, était mort sous les soins d'Albany, et bien qu'il y ait eu beaucoup pour le suggérer, Margaret ne croyait pas qu'Albany avait directement assassiné le garçon. Lorsqu'elle s'est suffisamment rétablie, Margaret et Angus ont été invités à Londres à la cour de son frère et alors que Margaret était heureuse d'accepter l'invitation, Angus avait, à la grande surprise de Margaret, décidé de conclure un accord avec Albany et de retourner en Écosse sans sa.

Angus retourna dans ses propres terres tandis que Margaret se rendit à la cour d'Henri VIII où elle fut bien reçue et resta le reste de l'année. Pendant ce temps, Albany avait été présenté comme un méchant dans toute l'Europe et essayait maintenant désespérément de parvenir à un accord avec Margaret. Il l'invita à retourner en Écosse pour prendre la tutelle de son fils James et lui restitua les biens qu'il avait précédemment saisis à Londres. Malgré le retour de ses bijoux et de sa garde-robe, Margaret n'avait encore reçu aucun des revenus qui lui étaient dus de ses terres de dot. En 1517, Henry et Albany, avec l'aide de Wolsey, concluent un traité qui permet à Margaret de retourner en Écosse et de voir son fils.

Dans la pratique, cependant, l'accès de Margaret au roi maintenant âgé de cinq ans était sévèrement restreint, comme elle l'a découvert à son retour la même année. À l'époque, Albany était en France pour rendre visite à sa femme et il invita Marguerite à assumer la régence en son absence. Maintenant qu'elle était réunie avec Angus, Margaret suggéra qu'ils gouvernent tous les deux en tant que co-régents, ce que le Conseil s'opposait avec véhémence à un homme. Leurs objections n'étaient pas, comme on aurait pu le penser, une continuation de leur désapprobation antérieure du mariage, mais fondées sur des exploits plus récents d'Angus, dont Margaret n'avait parfaitement pas eu connaissance jusqu'à présent.

Quand Angus avait quitté sa femme et était retourné dans ses terres écossaises, il ne devait pas rester seul. Loin de Margaret, il avait retrouvé Lady Jane of Traquair et vivait maintenant ouvertement avec elle dans les propriétés de Margaret grâce aux revenus de Margaret, d'où la raison pour laquelle cela n'avait pas été fait pendant qu'elle était en Angleterre. Bien que le Conseil ait soutenu Margaret contre Angus, dans la pratique, cela représentait très peu et elle n'a pas pu récupérer une grande partie de ses revenus. Comme sa situation empirait, le Conseil n'intervenait pas et elle en était réduite à mettre ses biens en gage pour payer ses serviteurs. Margaret a écrit à son frère, Henry, et a demandé qu'elle pourrait être autorisée à retourner en Angleterre et à vivre séparément de son mari. Non seulement Henry s'opposait à l'idée, mais il était consterné même qu'elle le suggère et en réponse envoya un homme d'église pour lui rappeler la moralité.

La situation a continué à se détériorer et Margaret a commencé à licencier son personnel. Ses tentatives pour percevoir les loyers qui lui sont dus ont été entravées par Angus qui a exigé sa part en tant que mari. Pendant ce temps, avec Albany toujours en France, les querelles des seigneurs ont éclaté en combats ouverts et Margaret s'est rangée du côté des ennemis de son mari. Finalement, elle écrivit à nouveau à son frère, cette fois disant qu'elle était déterminée à divorcer d'Angus qui la traitait si mal et que son prochain mariage serait à la discrétion d'Henry. Henry, cependant, était toujours horrifié et a répondu que son soutien dépendait de sa réconciliation avec Angus ou à tout le moins de sa tolérance de sa liaison.

Alors que la première partie du mariage de Margaret et Angus avait été dominée par la politique écossaise, la situation était maintenant inversée, leurs querelles domestiques devenant le facteur majeur de la politique écossaise. Albany retourne en Écosse en novembre 1521 où lui et Margaret mettent de côté leur ancienne hostilité et deviennent amis. Elle était heureuse de le soutenir en tant que régente et il la considérait honorablement comme la mère du roi. Il a dépouillé la famille Angus des bureaux qu'ils avaient saisis en son absence et a soutenu sa demande de divorce à Rome, tandis qu'elle travaillait avec lui pour ramener l'ordre au Conseil. Angus s'exile en France mais continue de troubler sa femme, cette fois en encourageant les rumeurs selon lesquelles Albany et Margaret auraient une liaison. Bien qu'il ne l'ait jamais rencontré, Henri VIII aimait son beau-frère et accepta les rumeurs, refusant de soutenir Albany de peur qu'il ne tue le jeune roi et n'épouse sa mère, assumant le trône pour lui-même. Toutes les lettres écrites par Margaret dénonçant de telles suggestions étaient considérées comme une coercition de la part d'Albany, ce qui alimentait simplement la spéculation selon laquelle c'était son plan.

En 1524, Angus fut accueilli à la cour d'Henri VIII, et Henri écrivit à l'Écosse pour proposer à James, maintenant âgé de douze ans, de monter sur le trône sous la direction de Marguerite et d'Angus.Indépendamment de ses sentiments personnels envers lui, Margaret savait que les seigneurs écossais n'accepteraient jamais une telle chose et elle a répondu à son frère pour lui dire de tenir Angus à l'écart. En conséquence, Angus a été maintenu à la frontière tandis que James est devenu roi sans régent. Angus a écrit à sa femme alors qu'il était à la frontière, mais Margaret a refusé de les lire et a rendu ses lettres non ouvertes. Pour Henry, il semblait qu'Angus cherchait désespérément à se réconcilier tandis que Margaret demandait à son frère de le laisser languir à la frontière pendant qu'elle obtenait son divorce. Il a donc permis à Angus de retourner en Écosse. Lorsque la nouvelle des actions de son frère parvint à Margaret, elle lui écrivit avec fureur qu'elle ne compterait plus sur lui pour obtenir des conseils et elle renvoya les ambassadeurs anglais de la cour. Quand Angus tenta d'entrer à Édimbourg, Margaret lui ordonna de se retirer et retourna les armes de la ville contre lui pour forcer la sortie. Angus se retira mais en raison de sa position naturelle, Margaret fut obligée de lui accorder ses cotisations politiques et il rejoignit le Conseil en février 1525.

Lady Methven*, la mère du roi

Margaret avec son deuxième mari, mais l'homme à l'arrière-plan montrant Angus serait Henry Stewart.

Margaret et Albany restèrent cordiaux et il continua à soutenir sa pétition à Rome, qu'elle renouvela avec plus d'enthousiasme après sa confrontation avec Angus à Édimbourg. Bien que ce ne soit pas le comportement d'Angus qui ait poussé son désir de se débarrasser de lui, c'était plutôt le sien. Les yeux de Margaret étaient tombés sur un homme à la cour, un cousin éloigné de son premier mari, Henry Stewart dont elle serait tombée très amoureuse. Les deux sont devenus amants et elle l'a promu capitaine de la garde, ce qui a à son tour aliéné un certain nombre de seigneurs qui soutenaient maintenant Angus contre elle.

Angus, cependant, a perdu tout soutien en novembre 1526 lorsqu'il n'a pas renoncé à sa tutelle temporaire de James V et a pris la garde du garçon. James a écrit à sa mère pour lui demander de l'aide, mais malgré les tentatives de sauvetage répétées, ce n'est qu'en 1528, lorsque James lui-même a orchestré sa propre évasion qu'il a échappé à ses ravisseurs. En décembre avant l'évasion de James, Margaret avait appris que son divorce avait été accordé et qu'elle était une femme libre. Le divorce a été accordé sur la base du pré-contrat d'Angus avec Lady Jane, ce qui signifiait que Lady Margaret Douglas restait légitime. Margaret a épousé Henry Stewart quelques semaines seulement avant que James ne réussisse à s'échapper et à retourner chez sa mère, où il a créé son nouveau beau-père Lord Methven.

Bien qu'Angus ait tenté de reprendre le roi, Jacques V le fit condamner à mort, lui et ses partisans, pour trahison. James a continué à assiéger les châteaux où Angus s'est retiré jusqu'à ce que ce dernier ait été contraint de fuir en Angleterre, se réfugiant auprès d'Henri VIII. Même si Henry et Angus n'étaient plus liés, ils étaient toujours amicaux, d'autant plus qu'Henry s'insurgeait toujours contre le divorce de sa sœur. Il permit à Angus de rester en Angleterre, lui accorda une pension et promit même de faire de sa restauration une condition de paix avec l'Écosse, ce qui exaspéra James.

Margaret est restée impliquée dans la politique, faisant activement campagne pour la paix entre l'Angleterre et l'Écosse. Elle et son mari auraient un enfant ensemble, une fille, Dorothea, mais elle est morte en bas âge. Pendant ce temps, Methven s'est avéré être un aussi mauvais mari qu'Angus et s'est installé dans l'un des châteaux de Margaret avec sa maîtresse, Janet Stewart. Ensemble, ils ont eu un fils, Henry Stewart, qui vivait avec ses parents sur le revenu de Margaret, ce qui a exaspéré Margaret (après la mort de Margaret, Methven épouserait sa maîtresse, légitimant ainsi Henry Stewart qui hérita du titre de son père). Une fois de plus, Margaret a demandé le divorce mais cette fois son fils ne l'a pas permis. Sans soutien en Écosse, Margaret a écrit à son frère pour demander de l'aide, mais Henry a rarement répondu à ses lettres.

Sans perspective de divorce, Margaret et Methven se sont réconciliés, en 1538, pour accueillir Marie de Guise qui allait devenir l'épouse de Jacques V. Les deux femmes sont devenues amies et Margaret a trouvé un nouveau rôle en tant que grand-mère très nécessaire et très dévouée. En avril 1541, ses deux petits-fils sont décédés et James et sa femme se sont appuyés lourdement sur Margaret qui connaissait trop bien la douleur.

Plus tard cette année-là, Margaret tomba malade pour la dernière fois chez elle au château de Methven. Bien qu'elle se soit réconciliée avec son mari depuis quelque temps auparavant, ses dernières années l'avaient vue préoccupée par Angus et c'était de lui qu'elle avait prononcé ses derniers mots. Quand elle s'est rendu compte qu'elle était mourante, elle a demandé aux personnes présentes de demander au roi de se réconcilier avec Angus et ses derniers mots étaient de lui, en disant: "Je demande à Dieu sa miséricorde pour avoir tellement offensé le comte."

Monument marquant l'emplacement de la tombe de Margaret avant la perte de l'église.

*Au cours de sa vie, je ne pense pas que Margaret était connue sous l'un de ces titres, elle était connue sous le nom de reine douairière d'Écosse.


Jacques III, roi d'Écosse

"James III (10 juillet 1451 &# x2013 11 juin 1488) était roi d'Écosse de 1460 à 1488. James était un monarque impopulaire et inefficace en raison d'une réticence à administrer la justice équitablement, une politique de poursuite de l'alliance avec le Royaume d'Angleterre, et une relation désastreuse avec presque toute sa famille élargie.

Sa réputation de premier monarque de la Renaissance en Écosse a parfois été exagérée, sur la base d'attaques contre lui dans des chroniques ultérieures pour être plus intéressé par des activités aussi peu viriles que la musique que par la chasse, l'équitation et la conduite de son royaume dans la guerre. En fait, l'héritage artistique de son règne est léger, surtout lorsqu'on le compare à celui de ses successeurs, Jacques IV et Jacques V. De telles preuves consistent en des pièces de portrait produites pendant son règne qui montrent le roi de trois quarts portant une couronne impériale, le retable de la Trinité par Hugo van der Goes, qui n'a probablement pas été commandée par le roi, et une chapelle hexagonale inhabituelle à Restalrig près d'Édimbourg, peut-être inspirée de l'église du Saint-Sépulcre à Jérusalem."

James est né de Jacques II d'Écosse et de Marie de Gueldre. Sa date et son lieu de naissance exacts ont fait l'objet de débats. On prétendit qu'il était né en mai 1452, ou le 10 ou le 20 juillet 1451. Le lieu de naissance était soit le château de Stirling, soit le château de St Andrews, selon l'année. Son biographe le plus récent, l'historien Norman Macdougall, a fortement soutenu la fin mai 1452 à St Andrews, Fife. Il succéda à son père Jacques II le 3 août 1460 et fut couronné à l'abbaye de Kelso, dans le Roxburghshire, une semaine plus tard.

[S11] Alison Weir, Britain's Royal Family : A Complete Genealogy (Londres, Royaume-Uni : The Bodley Head, 1999), pages 236-238. Ci-après dénommé la famille royale britannique.

[S323] Sir James Balfour Paul, The Scots Peerage : fondé sur l'édition de Wood de The Peerage of Scotland de Sir Robert Douglas (Édimbourg, Écosse : David Douglas, 1904), volume I, pages 19, 21. Ci-après dénommé The Scots Peerage.

[S37] Charles Mosley, éditeur, Burke's Peerage, Baronetage & Knightage, 107th edition, 3 volumes (Wilmington, Delaware, USA: Burke's Peerage (Genealogical Books) Ltd, 2003), volume 2, page 2768. Ci-après cité comme Burke's Peerage and Baronnage, 107e édition.

[S266] #379 [7e édition, 1992] Ancestral Roots of Certain American Colonists, Who Came to America Before 1700 (7e édition, 1992), Weis, Frederick Lewis, (7e édition. Baltimore: Genealogical Publishing Company, c1992), FHL livre 974 D2w 1992., p. 225 ligne 252:36.

[S394] #230 [5e édition, 1999] The Magna Charta Sureties, 1215 (5e édition, 1999), Adams, Arthur, (5e édition. Baltimore : Genealogical Publishing, 1999), livre FHL 973 D2aa 1999., p. 121 ligne 92:12.

[S452] #21 The Complete Peerage of England, Scotland, Ireland, Great Britain and the United Kingdom, Extant, Extinct, or Dormant (1910), Cokayne, George Edward (auteur principal) et Vicary Gibbs (auteur ajouté), (Nouveau édition, 13 volumes sur 14. Londres : St. Catherine Press, 1910-), vol. 1 p. 156 note. (a), 219 vol. 2 p. 237, 378.

[S3] Terres médiévales : une prosopographie des familles nobles et royales européennes médiévales, Cawley, Charles, (http://fmg.ac/Projects/MedLands), SCOTLAND KINGS http://fmg.ac/Projects/MedLands/SCOTLAND. htm [Consulté en novembre 2009].

[S39] Feuilles de groupe de famille médiévale, royauté, noblesse (filmé en 1996), Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. Département d'histoire familiale. Unité d'histoire familiale médiévale, (Manuscrit. Salt Lake City, Utah : Filmé par la Genealogical Society of Utah, 1996), film FHL 1553977-1553985..

[S20] Magna Carta Ancestry: A study in Colonial and Medieval Families, Richardson, Douglas, (Kimball G. Everingham, éditeur. 2e édition, 2011), vol. 3 p. 587.

[S21] #226 La pairie d'Ecosse : Contenant un compte rendu historique et généalogique de la noblesse de ce royaume, de leur origine à la génération actuelle (2e édition, 1813), Douglas, Sir Robert, (2e édition. 2 volumes. Edimbourg : A. Constable, 1813), FHL book Q 941 D22d FHL microfilm 1,440,956 items., vol. 1 p. 51.

[S24] #16 Genealogisk-historiske tabeller over de nordiske rigers kongeslægter (1856), Königsfeldt, JPF, (2e édition. Kjnhavn: Trykt i Bianco Lunos bogtrykkeri, 1856), microfilm FHL 1 124 504, article 3. , p. 45.

[S404] Les cautions de la Magna Charta, 1215 : les barons nommés dans la Magna Charta, 1215, et certains de leurs descendants qui se sont installés en Amérique au début des années coloniales, Weis, Frederick Lewis, (Baltimore [Maryland] : Genealogical Pub. Co ., c1999 (5e éd.)), 973 D2aa 1999., p. 121 ligne 92:12.

[S37] #93 [Version livre] The Dictionary of National Biography : from the Earliest Times to 1900 (1885-1900, réimpression 1993), Stephen, Leslie, (22 volumes. 1885-1900. Réimpression, Oxford, Angleterre : Oxford University Press, 1993), livre FHL 920.042 D561n., vol. 29 p. 141-5.

[S32] #150 [1879-1967] A Genealogical and Heraldic Dictionary of the Pairage and Baronetage, Together with Memoirs of the Privy Councilors and Knights (1879-1967), Burke, Sir John Bernard, (Londres : Harrison, 1879-1967) ), FHL livre 942 D22bup., 1949 éd. préface p. clxxxix.

[S16] #894 Cahiers de Saint-Louis (1976), Louis IX, Roi de France, (Angers : J. Saillot, 1976), livre FHL 944 D22ds., vol. 2 p. 89, vol. 11 p. 848.

[S6] #189 La pairie écossaise : fondée sur l'édition de Wood de la pairie d'Écosse de Sir Robert Douglas, contenant un compte rendu historique et généalogique de la noblesse de ce royaume, avec des illustrations armoriales (1904-1914), Paul , Sir James Balfour, ( 9 volumes, Edimbourg : D. Douglas, 1904-1914), FHL book 941 D22p FHL microfilms104,157-104,161., vol. 1 p. 20-1 vol. 5 p. 639 vol.7 p. 245-6.

[S68] #673 The New England Historical and Genealogical Register (1846-), (Boston, Massachusetts : New England Historic Genealogical Society, 1846-), FHL book 974 B2ne CD-ROM No 33 Parts 1-9 Voir FHL., vol. . 122 p. 270.


Jacques III d'Écosse Jacques IV d'Écosse Marguerite de Danemark

d'après Hugo van der Goes
photogravure, publiée en 1902 (1478-1480)
Format de plaque 4 7/8 po x 8 5/8 po (124 mm x 220 mm) Format de papier 9 3/4 po x 14 7/8 po (249 mm x 378 mm)
acquis
Collection de référence
NPG D42378

Sitters haut de page

    (1452-1488), roi d'Écosse, régna 1460-88. Sitter dans 8 portraits. Identifier (1473-1513), régna l'Écosse 1488-1513. Sitter associé à 14 portraits. Identifier (vers 1456-1486), reine de Jacques III d'Écosse. Sitter dans 2 portraits. Identifier

Artiste haut de page

Travaux connexes haut de page

Sujets et thèmes haut de page

Événements de 1902 haut de page

Affaires en cours

Arts et sciences

International

Dites-nous en plus haut de page

Pouvez-vous nous en dire plus sur ce portrait ? Vous avez repéré une erreur, une information qui manque (les dates de vie d'une baby-sitter, la profession ou les relations familiales, ou une date de portrait par exemple) ou vous savez quelque chose que nous ne savons pas ? Si vous avez des informations à partager, veuillez remplir le formulaire ci-dessous.

Si vous avez besoin d'informations de notre part, veuillez utiliser notre service de demande d'archives. Vous pouvez acheter une copie de la plupart des portraits illustrés. Sélectionnez le portrait qui vous intéresse, puis recherchez un Acheter une impression bouton. Les prix commencent à 6 £ pour les tirages non encadrés et 25 £ pour les tirages encadrés. Si vous souhaitez obtenir une licence pour cette image, veuillez utiliser notre service Droits et images.

Veuillez noter que nous ne pouvons pas fournir d'évaluations.

Nous numérisons plus de 8 000 portraits par an et nous ne pouvons garantir de pouvoir numériser des images qui ne sont pas déjà programmées.


Christian I

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Christian I, aussi orthographié Christiern, (né en 1426 - décédé le 21 mai 1481 à Copenhague, Den.), roi de Danemark (1448-81), de Norvège (1450-81) et de Suède (1457-64, 1465-67) et fondateur de l'Oldenburg dynastie, qui a régné sur le Danemark jusqu'en 1863. Il a essayé de prendre le contrôle de la Suède et de maintenir une union des nations scandinaves mais a été vaincu par les nobles suédois rebelles (1471).

Fils du comte Dietrich le Heureux d'Oldenbourg et de Hedvig de Holstein, Christian a été élu pour succéder à Christophe III, roi de Danemark et de Norvège, par le Rigsråd danois (conseil d'État) en 1448. L'année suivante, il épousa la veuve de son prédécesseur, la reine Dorothée. de Hohenzollern. La décision d'une réunion des conseils danois et suédois à Halmstad, en Suède. (1450), reconnaissant Christian comme roi de Norvège et héritier en Suède a été contestée par le roi suédois Charles VIII, déclenchant une guerre dano-suédoise (1451-1457). Après la destitution définitive de Charles en 1457, Christian a occupé le trône de Suède jusqu'en 1464, date à laquelle il a été renversé par un groupe de la haute noblesse suédoise. Il occupe à nouveau le trône en 1465-1467. Sa dernière tentative à grande échelle pour acquérir la souveraineté sur la Suède s'est terminée par sa défaite à Brunkeberg, près de Stockholm (1471), par des forces dirigées par le noble suédois Sten Sture l'Ancien.

Christian a pris le contrôle du Schleswig (maintenant divisé entre le Danemark et l'Allemagne) et du Holstein (maintenant en Allemagne) en 1460, au moment où la lignée ducale du Schleswig s'est éteinte. Il a compensé l'opposition croissante de la noblesse danoise en convoquant une réunion des domaines danois (1468), un précédent suivi par ses successeurs immédiats. Financièrement faible en raison de ses guerres contre la Suède et de ses achats de terres dans le Schleswig et le Holstein, Christian devint dépendant de la Ligue hanséatique, une confédération commerciale nord-allemande, et accorda à la ligue de généreux privilèges commerciaux. Il a été entraîné dans une guerre avec l'Angleterre (1469-1474) lorsque les commerçants hanséatiques ont contesté les droits commerciaux anglais en Islande.

En 1469, lorsque la fille de Christian, Margaret, épousa Jacques III, roi d'Écosse, les îles Orcades et Shetland, sous contrôle norvégien, furent hypothéquées à l'Écosse pour aider à payer la dot de Margaret et le loyer annuel que l'Écosse payait pour les îles Hébrides et l'île de L'homme a été annulé. Christian a conclu un concordat avec le pape Sixte IV, améliorant ses relations avec l'Église danoise. Après avoir visité Rome (1474), il obtint une bulle papale (1475) pour une université, qu'il fonda à Copenhague en 1479.


Liens rapides

Robert II


Règne: 1371-1390
Âge à l'ascension : 55
Cause de décès: Infirmité

Robert II est né d'une forme précoce de césarienne de sa mère adolescente, à laquelle il a malheureusement survécu. Elle a été transportée à l'abbaye de Paisley pour accoucher après être tombée de cheval et avoir eu un travail prématuré. Aujourd'hui connue sous le nom de «berceau de la Maison royale d'Écosse», vous pouvez toujours visiter l'abbaye historique. Elle est restée une église active depuis sa fondation en 1163.

L'histoire raconte que Robert II a eu deux femmes, de nombreuses maîtresses et au moins 20 enfants au cours de sa vie. Notre reine Elizabeth II actuelle est en fait une descendante de la sienne. Robert est décédé à l'âge de 74 ans dans sa résidence préférée, le château de Dundonald dans l'Ayrshire. Ce quartier historique est habité depuis les âges du bronze et du fer.

© Copyright Bibliothèque nationale d'Écosse via Wikimedia Commons sous licence pour réutilisation en tant qu'œuvre du domaine public

Robert III

Règne: 1390-1406
Âge à l'ascension : 50
Cause de décès: Deuil et faible estime de soi

Frappé par un cheval en 1388, Robert III ne s'est jamais complètement remis de ses blessures. En 1398, sa santé était si mauvaise que le Parlement écossais nomma son fils aîné David, 1er duc de Rothesay, pour régner à la place de son père. Cependant, David est mort à seulement 24 ans. N'ayant pas réussi à empêcher une invasion anglaise, David est mort de faim en captivité sous son oncle Robert, duc d'Albany. Robert III a cherché à protéger son fils restant James Stewart en le promouvant au comte de Carrick.

En 1406, les hommes de James ont été battus au combat, encore une fois aux mains de son oncle « aimant » Robert, duc d'Albany. James s'est enfui à Bass Rock - le soi-disant Alcatraz en Écosse - où il s'est caché. Lorsque James a été capturé par des pirates lors de son sauvetage de l'île, la nouvelle s'est avérée trop lourde pour son père Robert III et a provoqué sa mort. Il a été enterré dans l'abbaye de Paisley, où la reine Victoria a respectueusement marqué sa tombe d'un dais en 1888.

© Copyright National Portrait Gallery via Wikimedia Commons sous licence pour réutilisation en tant qu'œuvre du domaine public

Jacques Ier

Règne: 1406-1437
Âge à l'ascension : 12
Cause de décès: Assassiné

Poète, musicien et sportif – Jacques Ier était un roi intrigant. Il a survécu à l'enlèvement par des pirates à l'âge de 12 ans et a vécu 18 ans en otage. En fait, il a passé un certain temps en captivité dans la Tour de Londres. Il a été couronné à Scone en 1424, mais seulement 13 ans après son accession au trône, Jacques Ier a été brutalement poignardé à mort. Son corps a été laissé dans un égout sous le monastère de Blackfriars à Perth, dont l'emplacement exact reste un mystère.

L'endroit où l'on pense que le monastère de Blackfriars se trouvait autrefois abrite aujourd'hui un pub - tout un dépaysement pour un lieu aussi historique. L'emplacement exact de la tombe de Jacques Ier est également inconnu. Le localiser serait une découverte historique sismique. Ce que nous savons, c'est qu'il est enterré quelque part dans le parc de Perth Charterhouse. C'était autrefois un monastère très impressionnant, dont il a commandé la construction avant sa disparition prématurée.

© Copyright Scottish National Portrait Gallery via Wikimedia Commons sous licence pour réutilisation en tant qu'œuvre du domaine public

Jacques II

Règne: 1437-1460
Âge à l'ascension : 6
Cause de décès: Explosé par le canon

Né James le «visage enflammé» grâce à une tache de naissance distinctive, James II était le plus jeune des rois de la dynastie Stewart à ce jour. Jacques II n'avait que 6 ans lorsqu'il fut couronné à l'abbaye de Holyrood, à Édimbourg en 1437 – un changement inhabituel par rapport au Scone traditionnel. Vous pouvez toujours suivre ses traces royales au palais de Holyroodhouse.Ici, les vestiges de l'abbaye (fondée en 1128) et le lieu de sépulture de Jacques II se trouvent encore aujourd'hui.

Pour protéger l'emprise de James II sur le trône, la reine Joan (l'épouse de James I) a anéanti la famille de Robert II qui a assassiné James I. James II s'est avéré un roi très populaire, malgré ses tentatives de bannir le football et le golf au profit du tir à l'arc. en 1457. Cependant, c'est finalement son amour de l'artillerie qui l'a conduit à la mort à tout juste 29 ans, lorsqu'il a explosé lors d'un siège par l'un de ses propres canons.

© Copyright Scottish National Portrait Gallery via Wikimedia Commons sous licence pour réutilisation en tant qu'œuvre du domaine public

Jacques III

Règne: 1460-1488
Âge à l'ascension : 9
Cause de décès: Chute mystérieuse de cheval

James III a eu un impact durable sur l'Écosse. En 1468, il épousa Marguerite de Danemark à l'abbaye de Holyrood, à Édimbourg. Sans suffisamment d'argent pour payer sa dot, son père (le roi Kristian Ier de Norvège, du Danemark et de Suède) a hypothéqué la majeure partie de la valeur (60 000 florins) contre les Orcades et les Shetland.

4 ans plus tard, le roi Kristian n'avait pas payé ses dettes envers Jacques III, alors le Parlement écossais a revendiqué les Orcades et les Shetland comme les leurs. Les nations scandinaves n'accepteraient pas ce mouvement pendant des siècles après. Cependant, grâce aux transactions foncières réalisées par Jacques III, ils ne pouvaient pas faire grand-chose légalement à ce sujet. Il est mort mystérieusement après avoir tenté de fuir la bataille de Sauchieburn lorsqu'il est tombé de son cheval et a été emmené dans un moulin, pour ne plus jamais être revu.

© Copyright Scottish National Portrait Gallery via Wikimedia Commons sous licence pour réutilisation en tant qu'œuvre du domaine public

Jacques IV

Règne: 1488-1513
Âge à l'ascension : 15
Cause de décès: Tué au combat

Cité comme l'un des «rois guerriers les plus charismatiques d'Écosse», c'est la fin de sa vie et par la suite qui se perpétue dans la mémoire collective de l'Écosse. Jacques IV a épousé Margaret Tudor, sœur d'Henri VIII, à l'abbaye de Holyrood en 1503. Cependant, les liens familiaux étroits n'ont pas empêché l'une des fins les plus brutales de l'histoire pour un roi écossais. C'est la bataille de Flodden, ou bataille de Branxton Moor, qui a entraîné une fin catastrophique pour Jacques IV. Il a également anéanti toute une génération de noblesse écossaise.

Tué lors de la bataille de 1513 contre les Anglais (qui a également coûté la vie à 10 000 autres Écossais), le corps de Jacques IV a été envoyé à Catherine d'Aragon au nom de son mari Henri VIII. Elle lui a recommandé de l'utiliser comme « bannière de guerre ». Pour des raisons politiques complexes, le corps de James IV est resté sans surveillance pendant un certain temps. La légende veut que sa tête détachée ait été utilisée comme ballon de football par les ouvriers, avant d'être ramenée à la maison comme trophée. Ironiquement, le pub sous lequel on dit que sa tête repose n'est pas "The King's Head", mais "The Red Herring".

© Copyright Scottish National Portrait Gallery via Wikimedia Commons sous licence pour réutilisation en tant qu'œuvre du domaine public

Jacques V

Règne: 1513-1542
Âge à l'ascension : 17 mois
Cause de décès: Dépression nerveuse

La mauvaise gouvernance et la corruption signifiaient que James V a hérité d'un pays qui était extraordinairement pauvre. En tant que tel, il avait besoin d'épouser une épouse avec une dot importante pour soutenir la nation. À seulement 24 ans, Jacques V épousa la princesse Madeleine de France. Elle est décédée dans ses bras au palais de Holyrood peu de temps après, lorsque la tuberculose lui a coûté la vie.

James V était quelque peu sympathique au sort des pauvres en Ecosse. Il cherchait à rétablir la loi et l'ordre dans les Scottish Borders et les Highlands and Islands, les régions les plus rurales d'Écosse. James V aurait parcouru son royaume déguisé en fermier. Cette humilité et cette gentillesse étaient inhabituelles pour un monarque à cette époque. La défaite de son armée lors d'une tentative d'invasion anglaise à Solway Moss en 1542 l'a tellement dévasté qu'elle a causé sa mort – à peine 6 jours après la naissance de sa fille.

© Copyright PD-Art via Wikimedia Commons sous licence pour réutilisation en tant qu'œuvre du domaine public

Marie Reine d'Ecosse

Règne: 1542-1587 abdique
Âge à l'ascension : 6 jours
Cause de décès: décapité

Peut-être la figure la plus célèbre de l'histoire écossaise, Mary Queen of Scots a été envoyée en France pour se marier à seulement 5 ans. À la mort de son mari, encore adolescent, elle est retournée en Écosse en tant que jeune veuve, après avoir changé son nom de famille en « Stuart » – l'orthographe française. Mary a ensuite épousé Lord Darnley, qui a assassiné le secrétaire de Mary, David Riccio, dans un accès de rage jalouse. Elle était enceinte de 6 mois quand elle a regardé avec horreur.

Darnley a ensuite été étranglé et sa maison d'hébergement a explosé dans des circonstances quelque peu mystérieuses. Mary a été accusée de trahison et emprisonnée pendant 19 ans. Son règne et sa vie tragique ont pris fin lorsqu'elle a été décapitée par sa cousine Elizabeth I d'Angleterre. Lorsque le bourreau a levé sa tête vers la foule, il n'a eu que sa perruque.

© Copyright Victoria and Albert Museum via Wikimedia Commons sous licence pour réutilisation en tant qu'œuvre du domaine public

Jacques VI

Règne: 1567-1603
Âge à l'ascension : 13 mois
Cause de décès: Vieillesse

Jusqu'en 1603, l'Écosse et l'Angleterre restèrent deux royaumes entièrement séparés. Lorsque la reine Elizabeth I d'Angleterre mourut célibataire et sans enfant, la couronne anglaise passa à son cousin, le roi Jacques VI d'Écosse. Ce tournant de l'histoire britannique est devenu connu sous le nom de « l'union des couronnes » et fait toujours l'objet d'un débat intense plus de 400 ans plus tard.

C'est James lui-même qui a poussé à une union plus étroite entre les deux nations – entamant le processus d'unification des lois, des parlements et des économies quelques semaines seulement après son arrivée à Londres. En 1606, il commanda ce que nous connaissons aujourd'hui sous le nom de drapeau Union Jack. Notre drapeau national arbore un design qui combine les croix de Saint-Georges et Saint-André (le saint patron respectif de chaque nation). Le nom Jack est l'abréviation de Jacobus – latin pour James.

© Copyright Alba Org via Wikimedia Commons sous licence pour réutilisation en tant qu'œuvre du domaine public


Reine Marguerite

Ils sont parfois appelés le couple impair - le roi d'Écosse belliqueux, guerrier et assoiffé de sang et la reine belle, douce et profondément religieuse qu'il aimait et adorait.

Malcolm Canmore était le monarque d'Écosse qui a créé une dynastie royale qui a régné pendant 200 ans. Mais c'était sa femme Margaret qui a vraiment conquis le cœur des gens, et qui est aimée et vénérée à ce jour comme notre seule sainte.

Sainte Marguerite d'Écosse était une femme remarquable qui combinait la ténacité, la détermination et la discipline avec une réelle compassion, une piété dévotionnelle et - surtout - une véritable préoccupation pour les pauvres.

Elle donnait littéralement l'or du roi, nourrissait et lavait personnellement certains des paysans les plus humbles du pays, et donnait ses propres beaux vêtements à mettre sur le dos des mendiants affamés.

En conséquence, elle est devenue la royale écossaise la plus aimée jamais produite, et elle est toujours si hautement considérée à ce jour que les catholiques et les protestants ont mis de côté leurs différences modernes pour lui rendre hommage.

Pourtant, cette femme remarquable qui est encore vénérée près de 1000 ans après sa naissance n'était pas du tout écossaise. C'était une Hongroise qui était partie vivre en Angleterre - et ce n'est que la main du destin qui l'a amenée ici.

Margaret est née vers 1046 à Castle Reka dans le sud de la Hongrie. Mais son père, Edouard l'exilé, avait une revendication légitime sur le trône d'Angleterre, et fut appelé en 1054 pour remplacer Edouard le Confesseur malade en tant que monarque anglais.

Malheureusement, son père est décédé presque dès son arrivée, mais Margaret et sa mère, la princesse Agatha, ont été invitées à rester à la cour d'Angleterre. Ils ont vécu une vie confortable et la jeune fille a grandi en étudiant la religion, le latin et l'anglais. C'est à la cour d'Angleterre qu'elle rencontre pour la première fois Malcolm, qui y cherche refuge après le meurtre de son père Duncan par Macbeth.

Les choses ont commencé à mal tourner pour Margaret, cependant, lorsque Guillaume le Conquérant a envahi l'Angleterre et a remporté la bataille d'Hastings en 1066. Avec une nouvelle dynastie normande sur le trône d'Angleterre, elle et sa famille ont été avisées de fuir en Hongrie.

Ils ont tenté de s'échapper, mais des tempêtes sauvages ont poussé leur navire vers le nord jusqu'à ce qu'il finisse par atterrir dans une crique abritée sur la rive nord du Forth - un endroit maintenant connu sous le nom de St Margaret's Hope.

La nouvelle de leur arrivée s'est rapidement répandue et Malcolm lui-même est descendu du palais royal de Dunfermline, à proximité, pour voir ce qui se passait. Il était étonné et ravi de découvrir que c'était la fille qu'il avait connue depuis l'enfance, maintenant devenue une belle jeune femme.

Malcolm l'a invitée à sa cour et, après avoir subi la mort de sa première femme Ingibiorg, il n'a pas tardé à demander à Margaret de l'épouser. Le fait qu'elle n'ait pas dit oui tout de suite en dit long sur sa force de caractère.

La plupart des femmes se seraient jetées sur une demande en mariage d'un roi, mais cela a causé beaucoup de problèmes et d'inquiétudes à Margaret. Elle s'était décidée à servir Dieu en entrant dans un couvent, et savait qu'être reine serait une tâche de plus en plus difficile, avec de vraies responsabilités. Cependant - peut-être parce qu'elle croyait que Dieu la testait - elle accepta.

Ce qui est particulièrement intéressant dans le partenariat entre Margaret et Malcolm, c'est qu'à une époque où la plupart des mariages royaux étaient forgés à des fins de commodité ou à des fins politiques, ils s'aimaient sincèrement. Elle lui donna pas moins de huit enfants, dont trois - Edgar, Alexandre Ier et David Ier - deviendront eux-mêmes rois d'Écosse et assureront ainsi la dynastie Canmore pendant des centaines d'années.

L'auteur et historien, le père Mark Dilworth, qui est un ancien gardien des archives catholiques écossaises, a déclaré que le couple avait une grande affection l'un pour l'autre. "Il l'aimait et tolérait ses habitudes, comme donner son or aux pauvres. À sa manière, il dirait probablement" les filles seront des filles ". On dirait qu'elle l'a fait manger dans sa main. Margaret semble avoir à l'origine voulu être ermite ou religieuse, mais a ensuite décidé qu'il était de son devoir d'être une reine ou une mère chrétienne."

De toute évidence, la fougueuse Margaret s'est entendue avec Malcolm pour que les choses se fassent à sa manière. Sa générosité et sa compassion étaient légendaires. Dans les guerres constantes entre les Écossais et les Anglais, par exemple, les prisonniers étaient toujours ramenés pour être utilisés comme esclaves. Margaret rachèterait les hommes à leurs ravisseurs, puis les libérerait.

Il est également dit que personne n'a jamais été détourné de ses portes de palais vides. On dit qu'elle a personnellement lavé les pieds des pauvres pendant le carême, entretenu ceux qui ne pouvaient pas s'occuper d'eux-mêmes, enseigné la religion aux orphelins et nourri 300 paysans au foyer dans la salle royale de Dunfermline pendant qu'elle jeûnait elle-même. À l'occasion, elle donnait littéralement aux mendiants les vêtements qu'elle portait sur son dos.

Malcolm, qui est considéré comme l'un des rois guerriers les plus féroces et les plus sournois que l'Écosse ait jamais produits, n'a rien fait pour l'arrêter. Il la laissait même piller la bourse commune pour nourrir les pauvres.

Une seule chose surpassait l'engagement de Marguerite envers les pauvres : sa piété devant Dieu. Elle passait régulièrement du temps dans la prière contemplative, et son esprit brillant et son éducation de première classe signifiaient qu'elle pouvait - et allait - discuter et faire des suggestions aux chefs religieux de l'époque.

Sous son influence directe, l'église a commencé à observer une observance plus stricte du Carême et de Pâques et a également tenté de maintenir le dimanche comme jour saint de repos. Margaret a personnellement assisté à de nombreux conseils d'église et a invité trois moines bénédictins de Cantorbéry à fonder un prieuré à Dunfermline - le premier d'une vague de fondations monastiques en Écosse.

Comme de nombreux Écossais, elle a également vénéré le sanctuaire de l'apôtre Andrew à St Andrews et a établi un ferry à travers le Forth pour y emmener les pèlerins. Les sites de débarquement sur les deux rives de la rivière sont toujours connus sous le nom de North et South Queensferry.

Pendant la plupart du temps, cependant, Margaret a été laissée seule à la cour écossaise. Malcolm a passé des mois en conflit avec les Anglais, organisant régulièrement des invasions qui n'aboutissaient que rarement. Les Normands commencèrent la construction d'un « Nouveau Château » sur la Tyne pour l'empêcher d'entrer, avec une structure similaire à Carlisle construite par le successeur du Conquérant, William Rufus.

À cette période de l'histoire écossaise, Édimbourg commençait à émerger comme une ville d'une certaine taille, et la cour s'y installait souvent, pour se réunir à l'endroit maintenant occupé par le château. On dit que Margaret a détesté l'endroit, bien que son fils David - plus tard lui-même roi - ait construit la chapelle de la reine Margaret, qui se trouve encore aujourd'hui dans l'enceinte du château, en son honneur.

Le mariage entre Malcolm et Margaret a duré 23 années remarquables et n'a pris fin que lorsqu'un autre des assauts interminables du roi contre le nord de l'Angleterre a tragiquement mal tourné. Le 12 novembre 1093, il est acculé et tué - certains disent par ruse - lors d'un assaut contre Alnwick dans le Northumberland. Son fils Edward est mort dans la même bataille.

Pour Margaret, qui était déjà gravement malade à Édimbourg, la nouvelle de la mort de son mari et de son fils bien-aimés était plus qu'elle ne pouvait supporter. Elle est décédée d'un cœur brisé quatre jours plus tard et son corps a été ramené à Dunfermline pour y être enterré.

Bien qu'elle soit clairement une bonne personne, qu'est-ce qui la rendait si spéciale qu'elle a été faite sainte par le pape en 1250 ? Mark Dilworth pense que sa réputation d'aider les pauvres et de bonne mère aurait conduit les Écossais ordinaires à la vénérer bien avant sa canonisation éventuelle.

"Vous devez vous rappeler que les règles pour faire des saints n'étaient pas aussi rigides à l'époque. Les femmes enceintes la priaient parce qu'elle avait elle-même eu tant de grossesses. On dit qu'une chemise de nuit qu'elle a mise était connue sous le nom de Queen Margaret's Sark et par toutes les reines écossaises ultérieures lorsqu'elles ont accouché, très probablement jusqu'à Mary Queen of Scots.

"J'imagine que les rois et reines suivants auraient trouvé quelques remèdes et des choses comme ça pour l'aider sur le chemin de la sainteté. La grotte de Dunfermline où elle avait l'habitude de prier est vénérée à ce jour, et il n'y a pas que les catholiques qui ressentent de l'affection pour elle. Les membres de l'Église d'Écosse ont aussi un grand amour pour elle."

Au cours des siècles suivants, l'affection pour sainte Marguerite s'est répandue à travers le monde - même en Amérique du Nord, où un grand nombre d'églises lui sont dédiées.

L'une des plus récentes à recevoir son nom était l'église St Margaret of Scotland à North Conway, New Hampshire, qui n'a été consacrée pour la première fois qu'en 1991. Le prêtre anglo-catholique de l'église, le père Jeffrey Swayze, explique : « Margaret était une fidèle mère et épouse et une grande disciple du christianisme, et ses valeurs témoignaient de son grand engagement envers Dieu.

"C'est à cause de sa piété et de son engagement que notre évêque a estimé que notre nouvelle église devrait lui être dédiée. Elle a vraiment transformé l'église dans son pays et a inspiré beaucoup de ses gens.

"En tant que paroisse, Margaret a certainement suscité notre intérêt et notre connaissance de l'Écosse. Nous avons un panneau d'information à l'arrière de l'église sur sa vie, et bon nombre de paroissiens sont maintenant allés en Écosse. En fait, je ' J'ai été plus de deux fois moi-même."

Malcolm III (Canmore) épouse Margaret à Dunfermline. Il la rencontre à son arrivée en Écosse en tant que réfugiée et est instantanément épris d'elle. On dit que leur mariage est extrêmement heureux. Margaret introduit de nombreuses coutumes de l'Angleterre en Écosse et accomplit de nombreux actes de piété et de charité. Elle meurt en 1093 et ​​est canonisée en 1250.

1071 Marguerite invite des moines de Cantorbéry à fonder un monastère à Dunfermline.

1072 Guillaume le Conquérant envahit l'Ecosse en représailles à l'intervention de Malcolm dans les affaires anglaises. Malcolm se soumet à Abernethy et promet de ne plus recommencer.

1079 Malcolm recommence. Il envahit le nord de l'Angleterre et ravage le Northumberland avec la sauvagerie médiévale habituelle.

1080 L'Angleterre contre-attaque. L'Ecosse est envahie et les Anglais construisent leur New Castle sur la Tyne.

1087 Guillaume le Conquérant meurt et son fils Guillaume Rufus est couronné à sa place.

1091 Reprise de l'expédition alors que Malcolm entre à nouveau en Angleterre. Encore une fois, les Normands ripostent et encore une fois, il s'excuse. Un château est construit à Carlisle pour essayer de l'empêcher d'entrer.

1092 William Rufus arrache à l'Ecosse toute la Cumbrie au sud de Solway.

1093 Malcolm organise une nouvelle invasion. Cette fois, cependant, il est tué, prétendument lorsqu'un soldat anglais solitaire sort de la ville d'Alnwick pour offrir sa reddition. Le soldat pend les clés au bout de sa lance. Lorsque Malcolm s'approche pour les prendre, l'Anglais enfonce la lance dans son œil et dans son cerveau. Dans la bataille qui a suivi, son fils Edward est également tué et Margaret meurt de chagrin quatre jours plus tard.

1093 Donald Bane est couronné roi.

1094 Donald est destitué par Duncan II, mais ne règne que quelques mois avant d'être tué et Donald récupère le trône.

1097 Donald est capturé, aveuglé et emprisonné par Edgar, qui devient une quasi-dépendante de William Rufus et d'Henri II d'Angleterre.

1097 Edgar meurt et Alexandre Ier lui succède.

1100 Début de la formation des clans.

1120 Alexandre II fonde la cathédrale Saint-Gilles.

1124 David I prend le trône d'Écosse. Début d'une période de liens forts avec l'Angleterre.

1128 David I fonde l'abbaye de Holyrood.

1130 Edimbourg devient un bourg.

1153 David meurt à Carlisle. Le nouveau roi est Malcolm IV.

1156 Somerled remporte une victoire navale contre les Normands au pouvoir au large d'Islay.

1157 Henri II d'Angleterre reconquiert le Northumberland et le Cumberland.

1158 Malcolm se rend en France pour se battre pour Henry.

1164 Somerled meurt. Sa terre est partagée entre ses trois fils.

1165 Guillaume Ier "Le Lion" prend le trône d'Ecosse.

1174 Guillaume contraint par le traité de Falaise d'accepter la suzeraineté d'Henri II sur l'Écosse.

1178 Guillaume fonde l'abbaye d'Arbroath.

1189 Il rachète la souveraineté écossaise à Richard Cœur de Lion lors de la prétendue Quitclaim de Cantorbéry.

1214 Guillaume Ier meurt et Alexandre II lui succède.

1250 Le pape Innocent IV déclare Marguerite sainte. Ses restes, ainsi que ceux de Malcolm, sont transférés dans un sanctuaire à l'extérieur de l'abbaye de Dunfermline.

Pendant ce temps dans le reste du monde.

1074 prêtres mariés sont excommuniés

1217 L'Université de Salamanque est fondée

1218 La Perse est conquise par Gengis Khan

1221 Vienne devient une ville

1204 Les croisés normands s'emparent de Constantinople (1204-1261).

1115 Fondation du monastère cistercien de Clairvaux.

1209 L'ordre franciscain reçoit l'approbation papale.

1216 Fondation de l'Ordre des Dominicains.

1100 Juifs persécutés en France et en Allemagne à cette époque.

1189 Massacre juif à York, Angleterre.

1200 Le Concile du Latran autorise les Juifs à prêter de l'argent.

1200 cultures du sud-ouest et du Mississippi de l'Amérique du Nord commencent à décliner.


Voir la vidéo: LHISTOIRE COMPLIQUÉE DES ROIS ANGLAIS - Doc Seven (Mai 2022).