Podcasts sur l'histoire

P-51 Mustang - Histoire

P-51 Mustang - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

P-51 Mustang

Conçu à l'origine uniquement pour les Britanniques, le succès des Mustangs a été acheté par les États-Unis après que les Britanniques se soient extasiés sur ses performances. Il est devenu le principal chasseur d'escorte. Plus de 15 000 P-51 ont été produits, pour un coût d'un peu plus de 50 000 $

B-17 américain

Constructeur : Boeing, Lockheed, Douglas

Moteurs : 4 1200HP WR

Vitesse: 317MPH

Longueur : 74,4 pieds

Portée : 2 400 mi

Envergure : 103,9 pieds

Poids : 2 804 lb (max)

Plafond : 19 700 pi


18 faits sur le P-51 Mustang, l'un des plus grands avions de combat américains

Considéré par beaucoup comme l'un des plus grands avions de combat de tous les temps, le P-51 Mustang a bien servi l'armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale et au-delà.

Conçu pour les Britanniques

La Mustang n'a pas été construite à l'origine pour les forces armées américaines. Il a été conçu pour répondre à une spécification fournie par la Royal Air Force (RAF) de Grande-Bretagne au début de la Seconde Guerre mondiale.

Conçu pour la vitesse

La Mustang avait une vitesse remarquable pour une machine aussi complexe et chère. Le premier modèle a été conçu et construit en seulement 117 jours.

Mustang nord-américain P-51D-5-NA

Premier vol

Le premier vol d'essai du Mustang a eu lieu le 26 octobre 1940. Il s'est avéré être une machine impressionnante, capable de surpasser n'importe quel autre chasseur américain utilisé à l'époque.

Limites précoces

Malgré ce début prometteur, l'utilisation de la Mustang sur le théâtre de guerre européen fut dans un premier temps limitée. Il manquait de puissance aussi bien en altitude qu'en montée, il fut donc relégué à un rôle de reconnaissance armée.

Mustang nord-américain P-51D-5-NA

D'abord sur l'Allemagne

En octobre 1942, un groupe de Mustang de la RAF est devenu le premier avion monomoteur britannique de la guerre à s'envoler au-dessus de l'Allemagne, lors d'une attaque contre des cibles autour du canal Dortmund-Ems.

Un Mustang Mk III nord-américain de la Royal Air Force.

Changement de moteurs

Les premiers Mustang étaient équipés de moteurs Allison, qui offraient des performances adéquates et laissaient l'avion entrer en guerre. Mais c'est le remplacement de ces moteurs en 1942 qui fit du Mustang l'un des chasseurs les plus efficaces au monde.

Mustang P-51

Les nouveaux moteurs Rolls-Royce Merlin ont permis à la Mustang de surmonter ses limitations antérieures. Il pouvait désormais offrir d'excellentes performances dans les opérations aériennes à longue portée.

Aérodynamique pour la vitesse

Les lignes épurées de la Mustang la rendaient incroyablement aérodynamique. Suite à sa mise à niveau, il a atteint des vitesses de pointe plus rapides que le célèbre RAF Supermarine Spitfire, qui était équipé d'un moteur équivalent.

P-51 Mustangs du 375th Fighter Squadron, Eighth Air Force

Transformer les bombardements

En 1943, les Alliés menaient une campagne de bombardements stratégiques intensifs contre l'Allemagne. Alors que la RAF volait la nuit, l'US Army Air Forces (USAAF) préférait attaquer pendant la journée, car cela rendait leurs attaques plus précises.

Le problème avec les raids de jour était qu'il était plus facile pour les pilotes allemands et les artilleurs antiaériens d'identifier et de cibler les avions américains. Il n'y avait pas de chasseurs alliés capables de fournir aux bombardiers la protection dont ils avaient besoin lors de ces raids à longue distance, alors les pertes américaines ont grimpé en flèche. En octobre 1943, les bombardements sont suspendus.

Mustang Mark I, AG431, du n°16 Squadron RAF. © IWM (CH 10222)

L'arrivée des Mustang à moteur Merlin a changé la donne. Lorsqu'il était équipé de réservoirs de carburant externes largables sur les ailes, il pouvait escorter les bombardiers lors de raids jusqu'à Berlin.

Se battant bien même à cette distance, il surpassait la plupart des avions de la Luftwaffe allemande, protégeant les bombardiers de leurs attaques.

Équipés de la Mustang, les Alliés pouvaient dominer le ciel allemand de jour comme de nuit. Les bombes pleuvaient sur les villes allemandes, les usines et les liaisons de transport. La Mustang a rendu possible une campagne incroyable pour paralyser l'économie de l'ennemi.

P 51 Mustang.

Bombardier en piqué

Le premier modèle de Mustang a également été transformé en bombardier en piqué, l'A-36 Invader. Cela a été utilisé à bon escient par l'USAAF en Sicile, lorsque les Alliés ont commencé la conquête de l'Italie en 1943.

A-36A du 86th Fighter Bomber Group (Dive) en Italie en 1944.

Un avion confortable

La Mustang a été conçue en pensant au confort et à la commodité du pilote, reconnaissant l'importance de soutenir la composante humaine lors de longues missions. Le cockpit aménagé de manière ergonomique s'assurait que toutes les commandes étaient à portée de main et qu'il y avait une excellente visibilité.

Mustang P-51C-10-NT.

Un combattant physiquement exigeant

Bien que confortablement conçue, la Mustang n'a pas toujours été une machine facile à piloter. À haute vitesse, le pilote devait s'exercer physiquement pour obtenir les meilleures performances de l'avion.

Cela en valait la peine, offrant la grande maniabilité qui a permis au Mustang de combattre tant d'avions ennemis.

Mustang P-51D-15-NA

Amélioration continue

Comme de nombreux véhicules, la Mustang a été continuellement affinée et améliorée au cours de la Seconde Guerre mondiale. Le P-51D, équipé de moteurs Merlin, était le plus nombreux, mais le meilleur était le P-51H, le dernier modèle de la guerre.

Son poids a été réduit de mille livres par rapport au P-51D, ce qui lui confère une plus grande vitesse. Il est devenu l'avion à moteur à pistons le plus rapide que les Alliés ont déployé pendant toute la guerre, battu en vitesse uniquement par les chasseurs à réaction qui sont apparus au cours des derniers mois.

Mustang P-51H

Production massive

Un avion international

Bien que construit à l'origine par les Américains et pour les Britanniques, le Mustang a ensuite servi dans au moins 55 forces aériennes à travers le monde. Une licence a même été accordée à un fabricant australien pour produire ses propres Mustang à la fin des années 1940.

Mustangs 44-15238, 44-15053 sur Sarasota FL.

Service en Corée

Le Mustang a continué en service après la fin de la Seconde Guerre mondiale, notamment en Corée. Là, les forces aériennes sud-africaines et australiennes ont apporté leurs Mustang, tandis que les États-Unis ont récupéré les P-51 restants, désormais redésignés F-51, hors de leur stockage.

Les avions ont été utilisés comme chasseurs-bombardiers et dans des combats aériens contre les forces communistes.

Mustang P-51B nord-américain. Par Alan Wilson – CC BY-SA 2.0

Service en Indonésie

Les Néerlandais ont emmené des Mustang aux Indes néerlandaises en 1946 dans le cadre de leurs efforts pour protéger leurs colonies. Lorsque les Néerlandais se sont retirés, ils ont remis les avions à l'armée de l'air de la nation naissante d'Indonésie.

L'armée de l'air indonésienne a utilisé ces avions jusqu'aux années 1970. En 1962, ils ont même été envoyés en action contre leurs anciens propriétaires, lorsque l'Indonésie a lancé une invasion ratée de la Nouvelle-Guinée néerlandaise.

Mustang P-51 (F-6K-10-NT « 199 » 44-12223).

Guerre israélo-arabe

Une autre nation à aligner la Mustang était Israël. Les Israéliens ont utilisé ces combattants dans le conflit israélo-arabe de 1956.

La relance

La qualité de la conception de la Mustang était si remarquable que la production a été relancée en 1967, plus de 25 ans après sa première mise en service. Cette fois, il devait être utilisé comme avion de contre-insurrection.


P-51 Mustang du 332e groupe de chasse

L'appariement du légendaire moteur Merlin et du P-51 Mustang a finalement abouti au P-51D, qui a fourni à l'US Army Air Forces un chasseur à longue portée hautes performances, à haute altitude et capable d'escorter des formations de bombardiers lourds jusqu'au bout. à Berlin et retour. Les changements ont considérablement réduit les taux de pertes inacceptables subis par les équipages de bombardiers depuis le début de la campagne de bombardement de jour à l'été 1942.

Entre 1941 et 1946, environ 1 000 pilotes afro-américains ont été formés sur une base aérienne séparée à Tuskegee, en Alabama. Les plus célèbres des aviateurs de Tuskegee étaient le 332e groupe de chasseurs, également connu sous le nom de « queues rouges » pour les marques distinctives de leurs avions. Le 99th Pursuit Squadron, rebaptisé par la suite 99th Fighter Squadron, se distingue également au combat. Ensemble, ils ont effectué plus de 15 000 sorties et perdu 66 hommes dans l'exercice de leurs fonctions. Cet avion est peint dans les marques de l'un des avions connus pour avoir été pilotés par l'escadron.

Rendu possible grâce à un don de la famille Ricketts

Statistiques

Production

Date d'introduction : 1944
Fabricant : Amérique du Nord
Nombre produit : 8 000

Caractéristiques

Équipage : 1 (Pilote)
Envergure : 37 pieds
Longueur : 32 pieds
Vitesse maximale : 437 miles par heure
Vitesse de croisière : 275 milles à l'heure
Portée maximale : 1 000 miles
Moteur : Packard Rolls Royce Merlin V-1650-7 (1695 ch)
Charge maximale : 2 000 livres de bombes, ou dix roquettes de 5 pouces
Armement : Six mitrailleuses de calibre .50


Le P-51 Mustang rentre chez lui au Kentucky Air Guard après 63 ans

Par le sergent-chef. Phil Speck, Affaires publiques de la 123e escadre de transport aérien / Publié le 26 avril 2019


LOUISVILLE, Ky. —
Un P-51 Mustang est revenu sur la ligne de vol de la base de la Garde nationale aérienne du Kentucky ici le 12 avril, plus de six décennies après son départ.

Le Mustang, numéro de série 44-74202, était autrefois affecté à l'unité en tant qu'avion de chasse militaire de 1953 à 1956. Maintenant, il rentrait chez lui en tant qu'oiseau de guerre civil entièrement restauré pour voler dans le spectacle aérien Thunder Over Louisville 2019.

Les nouveaux propriétaires du P-51, R.T. Dickson Jr. et son père, R.T. Dickson Sr., a acheté la Mustang en 2012 après plus de 50 ans de stockage et de restauration.

Le jeune Dickson pilote des avions depuis l'âge de 3 ans, lorsque son père l'a laissé prendre le bâton d'un Globe Swift. Depuis, il a piloté une multitude d'avions, mais le résident de Caroline du Sud a déclaré qu'il était particulièrement heureux de piloter le Mustang à Thunder.

"Je suis très excité à ce sujet", a déclaré Dickson sur le tarmac de la base de la garde aérienne du Kentucky, rappelant comment son apparition dans l'émission a eu lieu.

Il a rencontré le major Josh Ketterer de la Kentucky Air Guard, un pilote de C-130 Hercules, en décembre 2018 lors d'une conférence de planification de spectacle aérien à laquelle Ketterer participait en tant que coordinateur Thunder. Dickson remarqua l'écusson du Kentucky sur la combinaison de vol de Ketterer et les deux entamèrent une conversation. Dickson a expliqué à Ketterer comment sa Mustang restaurée, maintenant connue sous le nom de « Swamp Fox », avait autrefois appartenu à la Kentucky Air Guard.

"Nous avons commencé à parler de la cellule et Josh a dit:" Vous devriez venir pour Thunder "", se souvient Dickson.

Ils aimaient tous les deux l'idée de donner à l'avion un «retour aux sources» et Ketterer a parlé aux dirigeants de l'escadre de la possibilité de ramener ce morceau de l'histoire de l'aviation dans le Kentucky.

Queue non. Le 44-74202 a été fabriqué par North American Aviation et livré à l'US Army Air Force le 7 mai 1945. Il a d'abord été affecté au 445th Fighter Squadron à Bakersfield Army Air Field, en Californie, avant d'être transféré à plus d'une demi-douzaine d'unités. en Californie, au Colorado, au Nebraska, au Nouveau-Mexique et au Texas. Il est arrivé à la Kentucky Air Guard en juillet 1953 et y est resté jusqu'en octobre 1956, date à laquelle il a été transféré à la base aérienne McClellan, en Californie. L'année suivante, il a été déclaré propriété excédentaire.

L'avion a été acheté aux enchères par un particulier en 1957 mais a été endommagé quelques années plus tard dans un accident d'atterrissage, selon un article du Warbird Digest. Au cours des 50 années suivantes, l'avion a changé de mains plusieurs fois, même s'il est resté impossible à piloter jusqu'à ce qu'un grand projet de restauration le remette dans les airs en 2012 sous le nom de Dicksons' Swamp Fox, peint en l'honneur du pilote de la Seconde Guerre mondiale Will Foard, qui était un membre du 357th Fighter Group.

Le 357th a remporté plus de victoires au combat air-air que tout autre groupe P-51 de la huitième force aérienne pendant la Seconde Guerre mondiale.

Dickson a maintenant voyagé à travers le pays avec Swamp Fox, ce qui lui a donné l'occasion d'en apprendre davantage sur l'histoire du P-51. Pendant son séjour à Louisville, il s'est arrêté au « Heritage Hall » de la Kentucky Air Guard et a vu des photos de son avion lorsqu'il a été affecté ici.

"La chose la plus impressionnante qui soit sortie de (posséder cet avion) ​​est de rencontrer les hommes et les femmes qui les ont pilotés", a-t-il déclaré.

« C’est une expérience très viscérale de voler. C'est bruyant, ça vibre et ça sent le carburant, l'huile et l'hydraulique. C'est une belle expérience à transmettre à des gens qui n'ont jamais été à l'intérieur de quelque chose comme ça.

Il a déclaré que la 169e escadre de chasse de la Garde nationale aérienne de Caroline du Sud l'avait adopté, en partie parce qu'ils partagent le nom de Swamp Fox. Récemment, l'unité a organisé une journée familiale qui a permis à des centaines de personnes de voir l'avion de près.

"Nous avions des enfants qui rampaient partout sur cette chose, et j'ai eu l'occasion d'emmener des enfants dans le cockpit", a-t-il déclaré. « C’est vraiment intéressant d’inspirer la prochaine génération. »

Ketterer trouve également son inspiration dans le renard des marais.

"En tant qu'unité de la Garde, nous avons beaucoup d'héritages familiaux", a-t-il déclaré. « Avoir un ancien avion ici sur lequel nos familles ont travaillé est assez spécial. Nous sommes ravis de la générosité de R.T. de partager son avion avec nous et de le ramener à ses racines.

Deux Mustang P-51 scintillent contre la rampe de stationnement au-dessus de Davis-Monthan AFB, AZ tout en s'entraînant au vol en formation lors d'un vol d'entraînement de la Conférence du patrimoine de l'USAF en 2002. La conférence USAF Heritage rassemble des pilotes civils Heritage et des pilotes de l'équipe de démonstration de l'USAF pour discuter de la sécurité et de la pratique du vol en formation dans un environnement autre qu'un spectacle aérien. Les avions historiques de l'USAF et les chasseurs modernes font régulièrement équipe pour se produire lors de spectacles aériens dans la formation « Vol du patrimoine » mais doivent être certifiés pour voler ensemble avant le début de la saison des spectacles aériens chaque année. Photo de l'USAF par SSgt. Greg L. Davis.

BASE AÉRIENNE DE TINKER, Oklahoma —

Le North American P-51 "Mustang" était un chasseur et bombardier d'escorte monomoteur de supériorité aérienne qui a servi l'Army Air Corps pendant la Seconde Guerre mondiale sur tous les théâtres. Le design élégant a été construit autour du moteur V-12 massif entraînant une hélice encore plus grande. L'avion était célèbre sur le théâtre européen pour escorter des formations massives de bombardiers alliés frappant profondément au cœur du Troisième Reich.

Selon les documents historiques et les photographies officiels de Tinker, le dépôt aérien d'Oklahoma City a effectué l'entretien et les modifications de 25 Mustang de janvier 1951 à décembre 1953.

Le P-51 était généralement armé de six calibres .50. mitrailleuses, trois dans le bord d'attaque de chaque racine d'aile. Il pouvait également transporter jusqu'à 2 000 livres de magasins externes, notamment des bombes, des roquettes et des réservoirs largables à longue portée. Le moteur V-12 est très efficace à haute altitude, ce qui lui a permis de rester avec des formations de bombardiers en grève. Il y avait cinq versions distinctes du Mustang à commencer par le P-51A, le P-51B, le P-51C, le P-51D avec une verrière à bulle haute visibilité et le P-51K. Il y avait aussi plusieurs variantes de reconnaissance et même un Twin-Mustang deux P-51 réunis avec une aile centrale et pilotés par un pilote, connu sous le nom de P-82.

Les pilotes entièrement noirs du 332e Fighter Group ont été formés à Tuskegee, en Alabama, et ont piloté des P-47 Thunderbolt et plusieurs versions du P-51 Mustang. Les aviateurs Tuskegee « à queue rouge » ont acquis non seulement la renommée, mais aussi le respect éternel des équipages de bombardiers qu'ils ont escortés au-dessus de l'Europe en atteignant l'un des taux de pertes au combat les plus bas de toutes les unités d'escorte sur le théâtre européen.

Le P-51 était passé du service de première ligne à une monture fiable mais vieillissante avec la Garde nationale aérienne et les réserves de l'armée de l'air au moment où la guerre de Corée a débuté. L'Air Force était alors en train de passer rapidement à l'ère des avions à réaction, mais s'est vite rendu compte qu'elle avait encore besoin d'avions robustes comme le F-51, capables de gérer des conditions d'aérodrome et de maintenance difficiles. Le F-51 Mustang a été mis au combat à partir d'aérodromes au Japon et dans la péninsule coréenne en soutien aux troupes des Nations Unies. Certains des chefs de combat les plus reconnaissables de l'Air Force à l'époque et au cours des années suivantes, tels que le général Daniel « Chappie » James Jr., ont piloté la Mustang au début de leur carrière. Les derniers F-51 opérationnels ont été retirés du service de la Garde nationale aérienne en 1957.

Fabricant: Nord Américain

Type d'avion : P-51

Surnom: Mustang

Centrale électrique: Un moteur à pistons V12 en ligne Rolls Royce/Packard-Merlin V1650 développant 1 490 chevaux

Dates de mise en service : 1940-1957

Nombre produit : 14,068

Connexion bricoler : Entretien et préparation pour l'utilisation de la guerre de Corée

Une vue du North American P-51D Mustang et du Republic P-47D (Bubble Canopy Version) avant que les équipes de restauration du National Museum of the US Air Force ne déplacent l'avion dans la galerie de la Seconde Guerre mondiale le 14 août 2018. Plusieurs époques de la Seconde Guerre mondiale les avions exposés ont été temporairement placés dans tout le musée pour fournir un espace adéquat pour les événements d'ouverture de l'exposition Memphis Belle. (Photo de l'US Air Force par Ken LaRock)

Le Mustang était l'un des chasseurs les meilleurs et les plus connus utilisés par les forces aériennes de l'armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale. Possédant une excellente portée et une excellente maniabilité, le P-51 fonctionnait principalement comme chasseur d'escorte à longue portée et également comme chasseur-bombardier d'attaque au sol. Le Mustang a servi dans presque toutes les zones de combat pendant la Seconde Guerre mondiale, et a ensuite combattu pendant la guerre de Corée. Af.mil

Vue avant du North American P-51B 3/4 appelé “Shoo Shoo Baby” du 357th Fighter Group. (Photo de l'US Air Force)

Origines
En 1940, les Britanniques ont approché North American Aviation pour construire des chasseurs Curtiss P-40 pour la Royal Air Force. North American a proposé de concevoir un meilleur chasseur, qui a volé sous le nom de NA-73X en octobre 1940. La production de l'avion « nommé Mustang I par les Britanniques » a commencé l'année suivante.

P-51D Mustang North American F-82 (S/N 44-83887) en vol avec North American P-51 (S/N 44-8474). (Photo de l'US Air Force)

Mustang pour l'USAAF
À l'été 1941, l'USAAF reçut deux Mustang I sous la désignation XP-51. Bien que les essais en vol du nouveau chasseur se soient révélés prometteurs, l'USAAF n'a pas immédiatement commandé le Mustang. Après l'intervention personnelle du général Hap Arnold, cependant, l'USAAF a retenu 55 Mustang d'une commande britannique. La plupart d'entre eux sont devenus des avions de reconnaissance photo F-6A, qui ont équipé les premières unités Mustang de l'USAAF, les 154e et 111e escadrons d'observation en Afrique du Nord au printemps 1943.

En mars 1942, l'USAAF a accepté les premiers chasseurs P-51A de production. Bien qu'excellents à des niveaux inférieurs, les moteurs Allison du P-51A’s ont sévèrement limité les performances à haute altitude. L'USAAF employait des P-51A sur le théâtre Chine-Birmanie-Inde, où la plupart des combats se déroulaient à basse altitude.

En avril 1942, l'USAAF commanda une version d'attaque équipée de freins de plongée et de porte-bombes, l'A-36 Apache. Les A-36 sont entrés au combat en juin 1943 et ont servi en Afrique du Nord, en Italie et en Inde.

Une combinaison gagnante
À l'automne 1942, les Mustang aux États-Unis et en Grande-Bretagne ont été expérimentalement équipés de moteurs Merlin britanniques. Un aux États-Unis a volé à une vitesse remarquable de 441 mph à 29 800 pieds — environ 100 mph plus rapide que le P-51A à cette altitude. La production en série des P-51B et P-51C propulsés par Merlin a rapidement suivi (presque identique, l'Amérique du Nord a produit le " 8220B " à Inglewood, en Californie, et le " 8220C " à Dallas, au Texas).

En décembre 1943, les premiers Mustang P-51B/C entrèrent en combat en Europe avec le 354th Fighter Group "Pioneers". 51B/C Mustang. Avec les P-38 Lightnings, ces P-51 ont fourni une escorte à longue portée et à haute altitude dont les États-Unis avaient grand besoin pour la campagne de bombardement des États-Unis contre l'Allemagne.

“Bubble-top” Mustang
Le P-51D a incorporé plusieurs améliorations, et il est devenu la variante la plus nombreuse avec près de 8 000 en cours de construction. Le changement le plus évident était une nouvelle verrière "à bulles" qui a considérablement amélioré la vision du pilote. Le P-51D a également reçu le nouveau viseur K-14, une augmentation de quatre à six mitrailleuses de calibre .50 et un système d'alimentation en munitions simplifié qui a considérablement réduit les bourrages de canon.

Le P-51D est arrivé en quantité en Europe au printemps 1944, devenant le principal chasseur d'escorte à longue portée de l'USAAF. Le Mustang polyvalent a également servi de chasseur-bombardier et d'avion de reconnaissance. Quelque Luftwaffeavions pourraient correspondre au P-51D — à la fin de la guerre, les Mustangs avaient détruit 4 950 avions ennemis dans les airs, plus que tout autre chasseur de l'USAAF en Europe.

Les P-51D sont arrivés sur les théâtres du Pacifique et du CBI à la fin de 1944. Au printemps 1945, les P-51D basés à Iwo Jima ont commencé à effectuer des missions d'escorte B-29 à longue portée et de chasseurs-bombardiers à basse altitude contre des cibles au sol dans Japon.

Développement continu
North American a finalement développé une Mustang considérablement allégée, qui est devenue le P-51H. Avec une vitesse de pointe remarquable de 487 mph, il était 50 mph plus rapide que le P-51D. Bien qu'il soit en production avant la fin de la guerre, le P-51H n'a pas atteint les unités de première ligne à temps pour voir le combat.

Avec le dernier des 555 P-51H achevés en 1946, la production de la Mustang s'est terminée avec plus de 15 000 exemplaires de tous types construits.

guerre de Corée
Bien que les Mustangs aient continué à servir dans la nouvelle armée de l'air américaine et dans de nombreux autres pays après la guerre, des chasseurs à réaction plus avancés les ont relégués au rang de secondaire. De nombreux Mustangs de l'USAF (rebaptisés F-51) ont été excédentaires ou transférés à la Réserve et à la Garde nationale aérienne (ANG).

Au début de la guerre de Corée, cependant, la Mustang a une nouvelle fois prouvé son utilité. Après l'invasion initiale, les unités de l'USAF ont été forcées de voler depuis des bases au Japon, et les F-51D pouvaient atteindre des cibles en Corée que les chasseurs à réaction F-80 à courte portée ne pouvaient pas. Les Mustangs ont continué à voler avec des unités de chasseurs-bombardiers de l'USAF, de l'armée de l'air sud-coréenne (ROKAF), de l'armée de l'air sud-africaine (SAAF) et de la Royal Australian Air Force (RAAF) dans le cadre de missions de soutien rapproché et d'interdiction en Corée jusqu'à ce qu'elles soient largement remplacées par le F-86F. chasseurs-bombardiers à réaction en 1953.

Épilogue
Les F-51 ont volé dans la Réserve et l'ANG jusqu'à ce qu'ils soient finalement éliminés en 1957. Obtenu de l'ANG de Virginie-Occidentale en 1957, l'avion exposé était le dernier Mustang affecté à une unité tactique de l'USAF. Il est peint comme le P-51D piloté par le colonel C.L. Sluder, commandant du 325th Fighter Group en Italie en 1944. Le nom de cet avion, Shimmy IV, est dérivé des noms de sa fille, Sharon, et de sa femme, Zimmy.

NOTES TECHNIQUES :
Armement: Six .50-cal. mitrailleuses et 10 5-in. fusées ou 2 000 lb. de bombes
Moteur: Rolls-Royce Merlin V-1650 construit par Packard de 1 695 ch
Vitesse maximum: 437 mph
Vitesse de croisière: 275 mph
Varier: 1 000 milles
Plafond: 41 900 pieds
Envergure: 37 pieds
Longueur: 32 pi 3 po
Hauteur: 13 pi 8 po
Poids: 12 100 livres. maximum
Numéro de série:44-74936


Mustang P-51D nord-américain

L'histoire classique du P-51 Mustang est l'une des plus grandes réussites de l'aviation militaire. Conçu à l'origine pour la Grande-Bretagne, le chasseur nord-américain a été adopté par l'US Army Air Force et amélioré avec le puissant et fiable Rolls-Royce Merlin qui propulsait le Supermarine Spitfire. Avec son altitude, sa portée et ses performances, le Merlin Mustang est devenu un champion du monde.
Ironiquement, le P-51 devait son existence à une requête de la Royal Air Force pour l'Amérique du Nord de construire des Curtiss P-40 à un moment où les forces britanniques étaient repoussées du continent européen en 1940 et avaient grand besoin d'un armement supplémentaire. North American a proposé un avion plus performant et a rapidement rédigé le NA-73.
La Mustang à moteur Allison a volé 12 mois après la première requête de la RAF et a enregistré ses premières missions de combat en mai 1942. Destiné à la reconnaissance, leur « armement » principal était une caméra, bien que deux canons de calibre .30 et .50 aient été installés. Finalement, 15 escadrons de la RAF ont volé le type. Pendant ce temps, l'Army Air Force a testé le XP-51 et a été impressionnée par ses performances, qui ont dépassé les P-39 et P-40 et certaines marques de Spitfire dans les performances de bas niveau. À partir de 1943, l'USAAF a commencé à exploiter des Mustangs de reconnaissance photographique (à l'origine les Apache en service aux États-Unis) et des bombardiers en piqué A-36 Invader, également équipés de moteurs Allison. Cependant, la promesse d'une amélioration des performances à haute altitude avait été notée, et un XP-51B propulsé par Merlin a volé pour la première fois à la fin de 1942. Les modèles de production B et C ont commencé à sortir des usines d'Inglewood et de Dallas en 1943, et à la fin de l'année le 354th Pioneer Mustang Group escortait des bombardiers lourds au-dessus de l'Allemagne. Le modèle D, avec sa verrière à vision complète à 360 degrés, est apparu en mars 1944 et a remplacé les modèles « razorback » à la fin de l'année.

Dimensions générales de la Mustang P-51

Longueur: 32 pi 3 po (9,83 m)

Envergure: 37 pi 0 po (11,28 m)

Hauteur: Roue de queue de 13 pi 4,5 po (4,08 m) au sol, pale d'hélice verticale

Surface de l'aile : 235 pieds carrés (21,83 m2)

Poids à vide: 7 635 livres (3 465 kg)

Poids brut: 9 200 livres (4 175 kg)

Masse max au décollage : 12 100 livres (5 488 kg) 5 490

Capacité de carburant: 269 ​​gal US (224 gal imp 1 020 l)

Centrale électrique: 1 × Packard (Rolls Royce) V-1650-7 Merlin, moteur 12 cylindres refroidi par liquide, 1 490 ch (1 111 kW) à 3 000 tr/min 1 720 ch (1 280 kW) au WEP

Hélices : 4 pales à vitesse constante, pas variable Hamilton Standard, 11 pi 2 po (3,40 m) de diamètre

Spécifications du moteur P-51 Mustang et performances aériennes

Vitesse maximum: 440 mph (708 km/h, 383 nœuds)

Vitesse de croisière: 362 mph (583 km/h, 315 nœuds)

Vitesse de décrochage : 100 mph (160 km/h, 87 nœuds)

Varier: 1 650 mi (2 656 km, 1 434 nmi) avec réservoirs externes

Plafond de service : 41 900 pi (12 800 m)

Taux de montée : 3 200 pi/min (16,3 m/s)

Chargement de l'aile : 39 lb/pi² (192 kg/m2)

Armes à feu : 6 mitrailleuses Browning de calibre 0,50 (12,7 mm) AN/M2 avec un total de 1 840 cartouches (380 cartouches pour chacune de la paire intérieure et 270 cartouches pour chacune des deux paires extérieures)

Bombes : 1 000 livres (450 kg) au total sur deux points d'emport d'aile

Chaque point dur : 1 bombe de 100 livres (45 kg), 1 bombe de 250 livres (110 kg) ou 1 bombe de 500 livres (230 kg)


Chronologie Mustang

Juin '40 - Demande britannique

Au printemps 1940, la British Purchasing Commission, dirigée par Sir Henry Self, en visite aux États-Unis, demanda à Dutch Kindelberger, chef de l'aviation nord-américaine, de construire pour eux des P-40 conçus par Curtiss. Alors que son entreprise n'avait jamais construit de chasseur, les concepteurs de Kindelberger, dirigés par Edgar Schmued, avaient commencé à concevoir un chasseur moderne. Déjà, en 1940, le Curtiss P-40 et le Bell P-39 étaient inférieurs aux avions pilotés par l'Allemagne et la Grande-Bretagne. Kindelberger a proposé de concevoir et de construire le premier prototype du nouveau chasseur en 120 jours. Ils ont signé le contrat pour 300 de l'avion fin mai.

Le nouveau chasseur intégrait bon nombre des derniers développements de l'aéronautique, notamment l'aile à flux laminaire, une aile relativement symétrique et offrant moins de traînée à grande vitesse. Les ailes ont été conçues pour être faciles à fabriquer, avec seulement deux longerons. Comme spécifié par l'exigence britannique, le nouvel avion, désigné NA-73X, utilisait un moteur en ligne, l'Allison V-1710, parfaitement adapté, bien qu'il lui manquait un turbocompresseur pour des performances à haute altitude. Les roues principales étaient espacées de douze pieds, pour une bonne stabilité à l'atterrissage.

Dans la conception originale, les Britanniques avaient besoin de huit mitrailleuses : quatre de calibre .30 et quatre de calibre .50. En fin de compte, la plupart des Mustang porteraient l'armement américain habituel de six Brownings de calibre .50. Il transportait deux fois plus de carburant interne qu'un Spitfire, 180 gallons dans des réservoirs d'aile auto-obturants.

102 jours après la signature du contrat, en septembre 1940, le prototype NA-73X est sorti. Apparemment, personne n'a ergoté sur le fait qu'il n'avait pas de moteur, ni de freins, ni de peinture, ni de véritables supports d'armes à feu.

Octobre '40 - Vol du prototype NA-73X

Octobre 41 - La Mustang Mark I atteint la Grande-Bretagne

Néanmoins, la Mustang était si prometteuse qu'à la fin de 1941, la RAF en commanda 300 autres et l'USAAF 150. Comme les exigences de la guerre l'exigeaient, 93 de ces 150 (désignées par l'usine NA-91) se retrouvèrent en service britannique, en tant que Mustang IA, équipées avec quatre canons de 20 mm. Les 57 autres, équipés de quatre mitrailleuses de calibre .50, et connus sous le nom de P-51, ont fini en service aux États-Unis.

Février 42 - Reconnaissance tactique : la 26e escadrille a délivré des marques I

Ces premiers Mustangs à moteur Allison étaient rapides, solidement construits, avaient une longue portée et avaient un gros coup avec leurs huit canons. Mais leurs faibles performances à haute altitude les ont relégués au rôle de reconnaissance tactique de bas niveau avec le British Army Cooperation Command (ACC). Équipés d'une caméra K24 derrière le pilote, les Mustang Mark I pouvaient photographier les dispositions ennemies, fournir un soutien au sol et se frayer un chemin pour sortir d'un embouteillage. Et ils pourraient le faire mieux que les Tomahawks et Lysander existants de l'ACC. À l'été 1942, 15 escadrons de la RAF pilotaient le Mark I, photographiaient des cibles d'invasion, tiraient sur des trains, détruisaient des barges et sondaient les défenses allemandes.

Juillet '42 - Première mission de reconnaissance à longue portée

Le 27 juillet, seize Mustang de la RAF ont entrepris une mission de reconnaissance à longue distance, photographiant le canal Dortmund-Ems.

Août 42 - Raid sur Dieppe

La "reconnaissance en force" du 19 août n'a pas apporté grand-chose aux Alliés, si ce n'est la leçon coûteuse et sanglante de la dureté des défenses allemandes, tant au sol que dans les airs. Le raid, Opération Jubilé, a présenté le Typhoon et le Spitfire Mk. IX, et a marqué la première victoire aérienne de Mustang. Quatre escadrons Mustang, n° 26, 239, 400 et 414, ont assuré la reconnaissance tactique des troupes au sol.

Le Flight Officer Hollis "Holly" Hills, un Américain servant au sein du 414 Sqn de l'ARC, a décollé de Gatwick dans l'obscurité avant l'aube, en tant que "weaver" (wingman) à Flt. Le lieutenant Freddie Clarke. Volant au niveau du sommet des vagues, la lueur des projecteurs et le feu AA à Dieppe lui ont permis de rester avec son chef. Une fois au-dessus de la cible, ils ont été rapidement séparés tous les deux rentrés sains et saufs. Lors de la deuxième mission ce matin-là, ils ont vu un énorme combat aérien remplir le ciel de Dieppe, et Hills a repéré quatre Fw 190 à leur droite. Avec sa radio éteinte et ignorant les combattants allemands, Flt. Le lieutenant Clarke s'est laissé ouvert et a été touché. Puis Hollis a attrapé l'un des FW avec une rafale de déviation. Il a commencé à fumer et à s'enflammer, puis la canopée s'est détachée. Hollis a tiré à nouveau et l'avion est tombé au sol. Il se dirigea vers la maison, guidant Clarke au fur et à mesure, affrontant un autre Fw 190 sur des kilomètres. Dans son combat avec les Fw's, il a perdu de vue Clarke. Après cela, Hollis rentra chez lui sans incident, pour un dîner rendu plutôt sombre par la perte apparente de Clarke. Mais le lendemain matin, Clarke réapparut au-dessus de la couchette de Hollis, sentant les algues qu'il avait abandonnées au large de Dieppe et sauvées. Il avait été témoin et pouvait confirmer officiellement la victoire de Hollis sur le Focke-Wulf, la première des nombreuses victoires aériennes de la Mustang. Et Clarke a eu l'honneur douteux d'être la première Mustang de combat à être abattue pendant la guerre par les Allemands.

En savoir plus sur la mission de Clarke et Hills dans cet e-mail du fils de Clarke.

Mustang Aces des 9e et 15e forces aériennes et de la RAF en dit plus sur Dieppe et l'utilisation de la Mustang par la RAF.

Octobre 42 - le moteur Merlin

Dès mai 1942, Ronald Harker, un pilote d'essai de Rolls Royce, recommanda pour la première fois d'accoupler la cellule de la Mustang au moteur Merlin, une idée qui transformerait le P-51 en une arme décisive, capable d'escorter les bombardiers américains jusqu'à Berlin. Harker a effectué un vol d'essai sur un Mustang de la RAF le 30 avril 1942 et a noté qu'il était 30 MPH plus rapide que le Spitfire Mk V et avait presque le double de la portée. Le mémo de Harker recommandant la combinaison Merlin-Mustang (dans laquelle il identifiait à tort Edgar Schmued comme un ancien employé de Messerschmitt) a attiré l'attention de la direction de Rolls Royce, qui a emprunté cinq Mustang de la RAF pour tester l'idée. Les Britanniques ont testé en vol le Mustang X en octobre et ont découvert que l'engin expérimental surpassait considérablement l'Allison à haute altitude, générant 200 chevaux de plus à 20 000 pieds et près de 500 HP de plus à 30 000 pieds. Alors que les recherches britanniques étaient précieuses, le programme américain Merlin Mustang s'est déroulé de manière presque indépendante.

À l'été 1942, Packard Motors négociait avec Rolls Royce pour construire sous licence le moteur Merlin dans son usine de Détroit. Learning of Rolls Royce' Merlin-Mustang plans, Major Thomas Hitchcock, the American military attache in London, and others, pushed for the development of a Mustang powered by the Packard-built Merlin. Authorized in July, 1942, North American began its Merlin Mustang development in August.
The XP-51B included these changes:

  • a Packard Merlin engine, instead of the Allison V-1710
  • a four-bladed propeller
  • stronger underwing racks
  • a strengthened airframe
  • a relocated carburetor air intake, from above to below the nose, as shown below
    © Osprey Publishing Ltd, www.ospreypublishing.com
  • an intercooler radiator
  • larger ducts and doors for the radiator system
  • a deeper scoop under the rear fuselage
  • removal of the nose-mounted guns - (see illustration above)

The USAAF, desperately needing a long-range bomber escort, contracted for 2200 P-51B's. North American geared up for Mustang production, moving the B-25 program to Kansas City, dedicating the Inglewood plant to the Mustang, and expanding the Dallas plant for the Mustang (Dallas-built versions of the -B model were designated P-51C). P-51B's began rolling out of Inglewood in May, 1943 eventually 1,990 of the -B models would be made. The first of 1,750 P-51C's produced at Dallas flew in August.

After production of the B/C model began, three more changes appeared:

  • an up-rated Packard Merlin engine, the 1650-7 replacing the 1650-3, for a small increase in HP
  • an 85 gallon fuel tank installed behind the pilot, giving critically longer reach, but moving the center of gravity aft, thus reducing directional stability until most of the fuel was consumed
  • the bulbous Malcolm hood, giving much better all-around visibility (a field modification), as shown below
    © Osprey Publishing Ltd, www.ospreypublishing.com

June '43 - A-36's with USAAF in MTO, Sicily

300 A-36A's (a variant of the Mustang known as "Apache" and "Invader") made a larger impact, when the 27th and 86th Bombardment Groups began flying them. In June, 1943, the 27th BG flew missions against Pantelleria, in the build-up for the Sicily invasion. Dive bombing was a challenge, the recommended technique being a dive from 8,000 - 10,000 feet at 90 degrees, with dive brakes extended to keep speed below 400 MPH. At 3,000 feet, the pilot dropped two 500-pound bombs and pulled out at 1,500 feet. With this extended straight-in bomb run, they were vulnerable to anti-aircraft fire.

German and Italian fighters engaged also engaged them. One A-36 pilot, Lt. Mike Russo of the 27th BG, made ace, the only man to do so while flying an Allison-powered Mustang. He counted four different types among his five aerial victories: two Fw-190's, a Bf-109, a Ju-52, and a Fieseler Storch.

The 27th and 86th were reduced to three squadrons each in September, due to the heavy losses they had incurred. As the Italian campaign progressed, they increasingly used strafing and glide bombing tactics, which reduced their losses to flak. In early 1944, both Groups transitioned to P-47's and turned over their A-36's for training.


The P-51 Mustang: The War-Bird that defeated the Luftwaffe

The heroic story of the P-51 Mustang has been told before. But it’s such a remarkable story that it bears retelling. No fighter plane in World War II had more impact on the outcome of the air war in Europe as the Mustang. No fighter plane can boast of the deeds that were perpetrated by the legendary Mustang.

The P-51 Mustang helped end the war and saved thousands of lives. The Mustang made it’s appearance late in World War II in early 1944, but proved to be the catalyst that the allies needed to out-class the Luftwaffe and end their air superiority in Europe.

What the allies were in desperate need of was a long-range fighter that had the horse-power and range to effectively protect bombers flying missions over Germany.

The original P-51 Mustang had some bugs and needed to be redesigned with a better engine, “The Packard-built version of the Rolls-Royce 12-cylinder Merlin engine” before it became a serious threat to German air might.

Flying Fortresses (B-17’s) and other Allied bombers had been easy victims for Axis “War Birds” until the arrival of the P-51 Mustang. Thunderbolts and Lightning’s had been the primary escorts up until this point, but with their limited range were unable to provide protection all the way to the target and back.

The P-51’s were hot-rod’s of the air in 1944 and were well-made and durable. They sported six Browning .50 mm machine guns, and could reach speeds of up to 440 mph at 30,000 feet.

The P-51 had been designed to have the performance of a fighter plane and the long-range capabilities of a bomber. The Mustangs were faster, could out-climb, and out-perform nearly any aircraft the Luftwaffe possessed including the Junkers, Me-110’s, FW-190’s, and even had remarkable success against the advanced twin-jet Messerschmitt 262s.

The P-51 became the conflict’s most deadly and notorious aircraft and met and conquered every German plane that Hermann Goring (Luftwaffe Supreme Commander) could put in the sky.

With the accomplishments of the Mustang, the Allies were not only able to hold their own and protect Flying Fortress( B-17‘s) and other bomber’s missions, but became aggressive and began penetrating deeper into German territory.

The P-52 Mustangs were the first single-engine plane in the U.K. to breach the heart of Germany and reach Berlin and the only fighter to purposely seek out and destroy Luftwaffe “War Birds.”

The Mustang pilots started leading daring raids on German airfields and destroying Luftwaffe planes on the ground. If the Luftwaffe wouldn’t come out and play, the Allied Aces were determined to track them down and eliminate them before they reached the sky.

With the security the Mustangs offered and with the almost complete decimation of the Luftwaffe’s air force, Allied bombers were free to annihilate Germanys manufacturing capabilities thus preventing them from replenishing their air force.

Once called, “The Most Aerodynamically Perfect Pursuit Plane in Existence” the P-51 Mustang took a major role in shortening the war in Europe and defeating the German Luftwaffe, and achieved a well deserved place in aviation war history.

Today, only a hand-full of original P-51 Mustangs exist and are mostly owned by private collectors, I am fortunate and have personally born witness to their graceful, fluid motions, and spectacular dives as they soared and dipped through the morning air at Reno’s world famous Championship Air Races, which are held in my hometown every September in Reno, Nevada.


20 Facts About The P-51 Mustang – The Best US Fighter of WWII

North American Aviation (NAA) built the P-51 Mustang in factories based in Inglewood, California, and Dallas, Texas.

P-51A Mustang during a test flight near the North American Aviation plant in Inglewood, California, United States, Oct 1942

It took them 102 days to build the engineering prototype. The NA-73X prototype first flew on October 26, 1940.

P-51 Mustang fighters being prepared for test flight, North American Aviation, Inglewood, California, United States, Oct 1942

The first Mustangs were the P-51As. They had Allison V-1710 single stage V-12 engines. On November 30, 1942, the Merlin-powered XP-51B fighter was test flown.

This model added speed and a ceiling above 40,000 feet. Flight tests confirmed the potential of the new model.

P-51 Mustang fighters at rest at an airfield in Burma, date unknown

The RAF were the first to use the P-51, beginning their use in January of 1942.

Starting in late 1943, the US Army Air Force Eighth Air Force used P-51B fighters to escort bombers on raids over Germany. They later supplemented with P-51D fighters, starting in mid-1944.

US pilot Lieutenant Colonel C. H. Older in the cockpit of a P-51D Mustang fighter, China, circa Feb-Mar 1945

P-51 Mustangs were used in both the Pacific and the European theaters. After WWII, more than 55 countries used the P-51 in their militaries.

P-51D Mustang aircraft ‘Tika IV’ of the US Army 361st Flight Group, Jul-Dec 1944

The “P” in P-51 stands for “Pursuit.” This was changed in 1948 to “F” for “Fighter.”

The most widely produced version of the P-51 was the P-51D, recognizable by its bubble canopy and Rolls Royce Merlin engine.

American ground crew preparing to arm P-51 Mustang fighter at an airfield with six M2 machine guns and 0.50 caliber ammunition, date unknown

The P-51D had six .50 caliber Browning machine guns holding 1,880 rounds (400 rounds in each gun and 270 rounds in each outboard.

They also carried 10 “zero rail” rockets under each wing and were equipped with bomb racks. Each plane could carry 1000 pounds of bombs.

P-51D of the 99th Fighter Squadron, 332nd Fighter Group shows off it distinctive red tail, probably at Ramitelli Airfield, Italy, 1944-45.

The P-51D with the Rolls Royce 1650-7-1221 specs are as follows:

  • 500 -1000 mile range with drop tanks
  • 1490 horsepower at takeoff
  • 438 mph – maximum speed at level flight
  • 10,800 pounds gross weight
  • 90 gallons of fuel in each wing
  • 60 gallons per hour fuel burn (per hour average)
  • 16,776 P-51 Mustangs produced in a variety of models.

It cost $50,000 to produce a P-51 in 1944. That equals about $673,000 in today’s dollars.

P-51B and P-51C Mustang fighters of the US Army Air Force 118th Tactical Recon Squadron at Laohwangping Airfield, Guizhou Province, China, Jun 1945

The Mustang was the first single-engine fighter in Britain with enough range to escort bombers to the heart of Germany and back. The bomber crew referred to the planes as their “Little Friends.”

P-51D Mustangs of the 4th Fighter Squadron in flight, Italy, 1944

275 P-51 pilots achieved Ace status. They shot down a total of 2116 enemy planes – an average of 7.69 per ace.

Mustang pilots shot down a total of 4,950 enemy aircraft during World War II

View from the control tower at Martlesham Heath, Suffolk, England, UK, of P-51D Mustangs of the 360th Fighter Squadron in sandbag revetments, 1944.

Reichsmarschall Hermann Göring was quoted as saying, “When I saw Mustangs over Berlin, I knew the jig was up.”

P-51 planes were deployed in the Far East later in 1944. They were used for close-support, escort, and photo reconnaissance missions.

The Iowa Beaut,’ a P-51B of the 354th Fighter Squadron flown over the English countryside by Lt Robert E Hulderman, mid-1944. A different pilot in this plane was lost near Rechtenbach, Germany, Sep 11, 1944

The Mustang was the primary fighter plane of the United Nations at the beginning of the Korean War. They were replaced with jet fighters, like the F-86, later on.

P-51 Mustang fighters of the US Army Air Force 375th Fighter Squadron flying in formation, Europe, 7 Jul-9 Aug 1944

The last Mustang was retired from service in the US Air Force in 1978. The last Mustang in foreign service was retired in 1984 by the Dominican Republic Air Force.

P-51D “Janie.”

Post-World War II and Korean War, many Mustangs were converted for civilian use. They were used in air racing and, increasingly, preserved as historic warplanes flown at air shows.


P-51 Gunfighter Colonel Larry Lumpkin (P-51 Gunfighter)

Gunfighter is one of the world’s most famous P-51 Mustangs, having appeared on the airshow circuit and providing rides for over 35 years. The aircraft is a P-51 "D" model, serial number 44-73264. Of the approximately 15,000 P-51s produced in WWII, over 8,000 were “D” models. Today, only about 150 airworthy examples of Mustangs exist world-wide in museums, flying or under restoration.

Gunfighter was built in the Inglewood, California North American plant and accepted into the USAAF in March, 1945. That month, it was shipped to England, where it was assigned to the famous 'Mighty Eighth' Air Force. In July of 1945, after the War ended in Europe, it was returned to the U.S. and assigned to Olmstead Field in Pennsylvania. In 1947 it was transferred to the Air National Guard and it thereafter served with units in Wyoming, New Mexico, Illinois and Kentucky. In 1956 it was declared surplus and sold on the civilian market.

?? Today, Gunfighter is operated by the Commemorative Air Force (CAF). The CAF is the largest operator of Historic Aircraft in the world with 160 aircraft and over 9,000 members. Gunfighter is restored in the colors of the 343rd Fighter Squadron, 55th Fighter Group, 8th Air Force, USAAF. The 55th Fighter Group was the first American Air Corp unit to become operational in Europe, first to fly over Berlin and was one of the units that provided top cover over the Invasion Beaches at Normandy on "D-Day", June 6th, 1944.

Gunfighter is powered by a Packard-built Rolls-Royce Merlin engine. It is rated at 1,490 HP and has a displacement of 1650 cubic inches. Top speed is over 400 mph and ceiling is 41,000 feet. Gunfighter has been modified to include a second seat where the original radio gear and fuselage fuel tank were located. This is a perfect vantage point to enjoy the ride of a lifetime in a P-51!

Without the generous support of our members and the public at large, Gunfighter would not be able to fly. If you would like information about becoming a member or want to make a donation please contact us!

The North American Aviation P-51 Mustang is an American long-range, single-seat fighter and fighter-bomber used during World War II, the Korean War and other conflicts. The Mustang was designed in 1940 by North American Aviation (NAA) in response to a requirement of the British Purchasing Commission. The Purchasing Commission approached North American Aviation to build Curtiss P-40 fighters under license for the Royal Air Force (RAF). Rather than build an old design from another company, North American Aviation proposed the design and production of a more modern fighter.


North American P-51 Mustang

Authored By: Dan Alex | Last Edited: 05/27/2021 | Contenu &copiewww.MilitaryFactory.com | Le texte suivant est exclusif à ce site.

The North American P-51 Mustang proved an invaluable addition to the Allied cause in the latter half of World War 2. The system was designed and flown in a matter of months and made such an impact that it could clearly be considered the war-winning design for the Allies. Mustangs primarily assisted in escorting bombers on long range sorties but were able to attack ground targets with bombs and machine guns and outperform any of the German fighters that were matched against it. The Mustang exuded "classic warbird" in every sense of the phrase and went on to be one of the most recognized piston engine fighters of all time.

Développement

The British RAF need for more Curtiss P-40 production fighters led them to consider North American Aviation's manufacturing capabilities. North American designers Edgar Schmued and Raymond Rice, seeing this as an opportunity to market a new fighter altogether, seized the moment and produced a design for British review. The design was accepted under a new 1940 specification which required a heavily-armed fighter of considerable speed with the capability to operate at high altitude - all this with a flying prototype to be made available within a 120 day window. Development ensued and inevitably produced the NA-73X prototype within the allotted timeframe (some sources state the aircraft was completed in just 102 days whilst others say as many as 117 days). The NA-73X took to the skies on October 26th, 1940 with its 1,100 horsepower Allison V-1710-F3R (V-1710-39) inline engine and showed off its tremendous potential. The design was accepted by the British as the "Mustang" becoming an initial production model batch of 320 Mustang I's.

Mustang I's were first flown by British pilots on May 1, 1941 - these with 1,100 horsepower Allison V-1710-39 inline engines. As tactical reconnaissance platforms, these aircraft were modestly-armed with 4 x 0.50 caliber heavy machine guns. The type exhibited good response and its performance at low level was exemplary, outmatching even that of the fabled Spitfire Mark V's. Though the design proved quite functional, it was soon found that performance capabilities of the system dropped off significantly at altitudes higher than 15,000 feet. As a result, British Army Cooperation Squadrons were assigned the type and utilized them in both low-level reconnaissance and high-speed ground attack roles with its primary function being the former. The first Mustang I mission was accomplished on May 10th, 1942 with No. 26 Squadron. These Mustangs successfully strafed aircraft hangars at Berck sur Mer in German-held French territory. As more and more Mustangs became available, the aircraft would eventually field some 14 total Allied squadrons by the end of 1942 - 10 RAF, 3 RCAF and 1 Polish air group. Most early production Mustangs went to Britain as Mustang Mk.IA (4 x 20mm cannons) and Mustang Mk.II models, numbering some 620 total combined examples.

The USAAF (United States Army Air Forces) took notice of the aircraft and received two evaluation models (from the aforementioned British 620 order total) with the designation of XP-51. The type excelled in tests but the USAAF passed on an order commitment at the time. It was not until General Hap Arnold intervened that no fewer than 55 British-bound Mustangs were reserved for use in American service. These Mustangs became photo-reconnaissance models designated as F-6A and served with the 111th and 154th Observation Squadrons. These squadrons would be the first Mustang operators for the USAAF and see deployment to North Africa in early 1943.

Purchases of USAAF XP-51's full production models began with an initial block of 150 base model P-51's in March of 1942 (note that there was no model letter assigned to these). Aircraft were armed with 4 x 20mm cannons and were utilized for their inherently good low-level operational qualities thanks to their excellent airframes and under-performing Allison engines. These early-form Mustangs were utilized in the Southeast Asia Theater where most of their action took place at these optimal low altitudes.

The A-36A (known unofficially to some as "Invader") represented a dedicated ground-attack / dive-bomber version of the P-51 and was ordered by the USAAF in April of 1942. The aircraft were armed with 6 x 0.50 caliber heavy machine guns, with two to a wing and two in the upper nose portion of the fuselage. Underwing bomb racks also complimented the offensive punch. The system - with their Allison engines - first flew in September of 1942, production eventually totaling some 500 examples. A-36As were assigned to the 27th and 86th Bombardment Groups (Dive) and the first A-36A models were put into action in June of 1943. The 311th Fighter Bomber Group stationed in India also took deliveries of the type.

P-51 base models were similar to these attack aircraft and were also utilized in the low-level ground attack role, though these were built with 4 x 20mm Hispano-Suiza long-barrel cannons instead of machine guns and underwing bomb shackles for bombs. The similar P-51A models represented a total of 310 examples and were fitted with 4 x 0.50 caliber heavy machine guns instead of cannons.

Despite its usefulness as a low-level intruder, the Mustang had not lived to the high-altitude specifications originally laid out in the 1940 British requirement. As such, Britain and the United States individually began testing the airframe out with the Rolls-Royce Merlin engine common to the superb Supermarine Spitfire (along with a new four-blade propeller). Results of these tests yielded tremendous performance gains to the extent that the Mustang was clocked at 441 miles per hour at nearly 30,000 feet -100 miles per hour faster than the preceding Mustang production models could ever hope to achieve. These new Merlin-powered Mustangs emerged as the Mustang Mk.III (RAF use), P-51B and the P-51C (the major difference for the American models being in place of origin - P-51B's were constructed at the Inglewood, California plant whilst the P-51C's at facilities in Dallas, Texas). Deliveries began to the 354th Fighter Group in December of 1943. Reconnaissance versions of the P-51C's were appropriately designated as F-6C models.

Having the benefit of seeing design work and production through an on-going war, changes relayed from pilots with operational experience of Mustangs could easily be incorporated in future Mustang models. Such was the result with the development of the P-51D, the most definitive in the Mustang series as a whole - inevitably giving the Mustang its classic warbird appearance. Visibility out of the "razorback", framed cockpit was noted as inadequate for the rigors of dogfighting. This was addressed with the implementation of the "tear drop" canopy (sometimes referred to as the "Bubble-Top" or "Bubble" canopy) and instantly allowed for near 360 degrees of visual awareness from the cockpit. With the loss of the razorback upper portion of the fuselage, the fuselage itself was cut down at the rear. Armament now increased to 6 x 0.50 caliber heavy caliber air-cooled machine guns (three guns to a wing) with an improved and simplified ammunition feed system to help iron out a consistent jamming issue. The P-51D incorporated the new K-14 gunsight as well, in an effort to help improve gunnery accuracy. Power was derived from the Packard-produced Merlin inline engine of 1,590 horsepower. P-51D models were produced in two major batches as P-51D-NA of which 6,502 were produced from Block 1 through Block 30 with the new bubble canopy and the P-51D-NT of which 1,454 examples were produced from Block 5 through Block 30 with 6 x 0.50 caliber heavy machine guns. The P-51D also existed as a 2-seat dual-control trainer and numbered 10 examples in the form of the TP-51D-NT (TP-51D-NT). A reconnaissance platform existed as the F-6D. RAF P-51D models were Mustang Mk.IV's.

The XP-51F (the P-51E designation was reserved but never used) was produced in three examples as a "lightened" light weight test model. This led to two of the aircraft being fitted with a new engine and becoming the XP-51G. Ultimately, both of these designs led to the P-51H production model.

The P-51H (P-51H-NA) appeared as a "lightened" Mustang - proving some 1,000lbs lighter than the P-51D - and improved the overall top overall speed an astounding 487 miles per hour. This particular model never saw combat due to the end of the war, though production of the type had begun before the cessation of hostilities, totaling 555 examples. Two examples of the XP-51J model followed, these based on the XP-51F with a new engine.

The P-51K (P-51K-NT), of which 1,337 were produced, represented an "improved" D-model and fitted with an Aeroproducts propeller. Production of this model encompassed Blocks 1 through 15. A reconnaissance version of this model existed in the F-6K.

P-51L (P-51L-NA) became a single example model and represented an "improved" H-model with a new engine. Similarly, the P-51M (P-51M-NT) existed as one example based on the H-model and fitted with a different engine.

Australia became just the second Mustang producer, building the aircraft under license in the late 1940's. These Mustangs were designated simply as Mustang Mk.20, Mustang Mk.21, Mustang Mk.22, Mustang Mk.23 and Mustang Mk.24.

The type did, in one other Mustang form, fight on in Korea - this becoming the F-82 Twin Mustang. The system melded two P-51 airframes to one wing assembly with 6 x 0.50 caliber heavy machine guns mounted in the center wing chord. A rectangular tailplane joined the two airframes at the rear. Each Mustang fuselage retained its respective cockpit positions with dual controls with a pilot manning the primary portside cockpit and a pilot / navigator in the starboard cockpit. The Twin Mustang concept originated in 1943 with the design being acted on in January of 1944. The system was intended for use as a long-range escort fighter in the Pacific Theater during World War 2 but the end of the war canceled the initial order of 500, leaving just 20 operational production models complete. 1947 brought about renewed interest in the design, this time as a night-fighter and the system went into production once more, just in time for use in the Korean War.

Production of all 15,469 Mustangs was completed in 1946. With the creation of the USAF in 1948, all remaining P-51 Mustangs in American service now became F-51's - the "P" for "Pursuit" dropped in favor of "F" for "Fighter". The F-51 soldiered on in the newfound air force branch though the type was slowly being relegated to supportive roles behind the new-fangled jets arriving on the scene. A limited production run of Mustangs occurred in 1967, creating a turboprop-powered variant for use in the counter-insurgency role.

Despite utilizing a traditional design approach consistent with the times, the P-51 Mustang developed a distinct look about itself by the time the design was finalized in the classic P-51D model. Early-form Mustangs were fitted with a "razorback"-type fuselage just aft of the cockpit. Couple this with the framed canopy and one can imagine vision out of the cockpit a little obstructed especially when viewing to the rear. The introduction of the bubble canopy naturally changed all this, but also shortened the fuselage somewhat to compensate.

Overall, the P-51 exhibited a clean and sleek design approach thanks to its choice of in-line engine. The pilot sat at the center of the design, just above and aft of the low monoplane straight-wing assembly. The distinct air scoop was positioned to the rear and below the pilot, giving the Mustang series its distinct look while eliminating drag in the process. All wing edges were relatively straight cuts and this design mentality continued on through the horizontal and vertical edges of the empennage. The wings themselves were of a new advanced laminar-flow design and housed the potent heavy armament. Internally, the engine coolant components were strategically placed just below and behind the pilots seating position, a deviation from traditional aircraft fighter construction philosophy. The undercarriage was consistent with the times, with two main single-wheeled landing gears recessing into the wing-root / lower fuselage and a retractable tail wheel.

Armament varied throughout the life of the Mustang. Initial versions were fitted with 6 x 0.50 caliber heavy machine guns - two in the nose and four in the wings. A battery of 4 x 20mm cannons, which made it ideal in the ground attack role, or the lighter armament load of 4 x 0.50 caliber heavy machine guns (two to a wing) for tactical reconnaissance were also alternatives. Eventually, the legendary D-models would introduce the potent array of 6 x 0.50 caliber heavy machine guns (three to a wing) with a simplified feed mechanism to cut down on weapon jamming. Underwing bomb racks and rocket pylons increased potency of the platform as well. These could be deleted in favor of fuel drop tanks for improved range on those long bomber escort sorties.

The cockpit of the P-51 was regarded as comfortable for smaller pilots and ergonomically-designed overall. Some American pilots found its European-designed origins obvious when their shoulders could touch both sides of the cockpit at the same time. The instrument panel was regarded as well thought-out with all major gauges readily apparent on the large flat main panel. The K-14A (beginning with the D-models) dominated a good portion of the top forward viewing with its noticeable "No Hand Hold" message staring back at the pilot. The control column was a simple cylindrical form with a pistol grip at the top, this adorned with a red gun button. The flap control lever was activated from a low-set position within easy reach. The throttle control was a thick cylindrical shape positioned to the natural left of the pilot, leaving his right hand free to concentrate on the aircraft control column. Fuel controls were set between the pilots legs, just forward of the control column. Views forward, to the side and above were generally good through the original framed canopy but improved substantially with the addition of the tear drop canopy. As a whole, the attention given to the P-51's cockpit design made it a good fighter to be in on those long range escort trips. Its tight fit made for a perfect melding of man and machine.

Operational Service

In their first action, A-36As struck at targets on the island of Pantelleria in the Mediterranean Sea. These aircraft were called upon to undergo a variety of sortie types including strafing runs, bomber escort and bombing runs. Despite its low-altitude effectiveness, new model Republic P-47 Thunderbolts and newer P-51 Mustangs eventually overtook this role from the A-36 series thanks to the addition of underwing bomb racks, formidable machine gun firepower and better performance at low altitudes.

RAF use saw the Mustangs utilized in ground attack and escort sorties. Mustangs could now escort strike aircraft into German held territories and support the low-level strikes by keeping German fighters at bay. Their utilization against German anti-shipping groups in Norway eventually took their toll on enemy forces, keeping Allied shipping lanes open for another day. At least 31 RAF (Royal Air Force) and RCAF (Royal Canadian Air Force) squadrons were dedicated to the Mustang aircraft.

Unescorted daylight bombing raids deep into German-held territories were producing disastrous results for American warplanners of the USAAF. German interceptors knew the approximate range of the Republic P-47 Thunderbolt and Lockheed P-38 Lightning escort fighters and simply waited for the aircraft to return home to refuel, leaving the bomber formations at the mercy of the bothersome German Messerschmitt BF-109 and Focke-Wulf Fw-190 fighters. Bomber formations tried to adapt by flying special "box" formations to bring their machine gun arcs to a more productive bear but losses continued to mount to the point that daylight bombing raids had to be suspended for a time.

The arrival of the Mustang, with its speed, firepower and - most importantly - its range, soon brought the daylight bombing raid element back to the forefront. The introduction of drop tanks improved fuel and range of these little aircraft and allowed them to reach distances well past Berlin itself (drop tanks inevitably improved the range of all other American escort fighters as well). It cannot be understated the effect that the introduction of the P-51 must of had on the war, particularly the D-models. The aircraft, for all intents and purposes, single-handedly changed the course of the war in Europe - at least in the air. The closest performing German aircraft produced in any quantity was the Fw 190, an aircraft to which famed American aviator Chuck Yeager himself admitted as being the P-51's closest rival, but not matching it outright.

With the amendments in the P-51D models in tow, the aircraft was fielded for the first time in the Europe Theater in early 1944. Instantly, the D-models were pressed into service as bomber escort fighters, fighter-bombers and reconnaissance platforms wherever they could be used. P-51D Mustangs took over the aerial playing field and created lopsided advantages when squaring off against her German-produced contemporaries. The tide of the air war in Europe had officially shifted and the end of Germany's Third Reich was now in sight.

While success of the D-models in Europe unfolded, P-51D's eventually found their way into the Pacific and South East Theaters by late 1944. The primary role of P-51's in the Pacific became escorting the new, high-flying, long-range B-29 Superfortresses on their way to Japan and back. Mustangs fought on all fronts throughout the end of the war in 1945.

Issues in the Dutch East Indies in 1946 forced the Dutch to eventually disperse from their colony, leaving P-51D and P-51K models to the Indonesian Air Force. Incredibly, these Mustangs would be in operational service up until the 1970's. Israel became another post-war combat operator of the Mustang, using it in anger during their 1948 War of Independence and, later, in the 1956 Arab-Israeli War.

The Korean War brought about a clash of aviation eras as the infant jet age was thrust into the aviation world once dominated by piston-engine aircraft. Like other World War 2-era airframes, the now "F-51" Mustang was thrown into the combat mix and would see action in the early and middle years of the conflict until replaced in quantity by more capable jet-powered types. Despite their age, their proven effectiveness at ground attack and long-range qualities made Mustangs a favored component of inland strikes - positions that were beyond the reach of the fuel-thirsty new jet fighters such as the Lockheed P-80 Shooting Star. Mustangs in service with Australia, South Africa and South Korea all played roles in this early period and even scored several air-to-air kills in the process. With the arrival of the capable F-86 Sabre jets -particularly the F-86F fighter-bomber in 1953 - the role of the Mustang was all but over in the war. F-82 "Twin Mustangs" went on to play an equally vital night-fighter and all-weather attack role across the peninsula and was credited with the first USAF air victory in the war (a Yakovlev Yak-9).

American F-51 Mustangs flew up until 1957 with Air National Guard and Air Force Reserve units before being completely removed from service. Thankfully, the aircraft still exists as a prize for aviation collectors and remains a favorite at air shows across the globe.

The impressive reach of the P-51 - both in performance and in the sheer number of operators - surely says a lot about the class of this aircraft. The Mustang exceeded all specifications and allowed for a definitive shift in the direction of the air war over Europe, forcing Germany to lose all hope of ever recovering her air support. The P-51 served with at least 55 operators across the globe and was in operational service even into the 1970's - well into the jet age - and produced in excess of 15,000+ units. At any rate, the P-51 was as important to the Allied cause in the later years of World War 2 as the Supermarine Spitfire was in the early years, making her one of the most important and successful fighter aircraft platforms of all time. Her involvement in other global wars - from the Korean War to the Middle East and beyond - sure was a testament to both aircraft and pilot.


Voir la vidéo: American P-51 Fighters Attack Tokyo, Incredible Remastered HD Footage (Mai 2022).